IranNucléaireNucléaire iranien : un texte européen

Nucléaire iranien : un texte européen

-

Reuters, Washington, 25 octobre – Les Etats européens ont présenté à l’Onu leur propre projet de résolution visant à sanctionner l’Iran pour ses activités nucléaires.

L es Etats européens ont présenté mardi 24 octobre à l’Onu leur propre projet de résolution visant à sanctionner l’Iran pour ses activités nucléaires, au vu de l’absence d’accord avec Washington, a-t-on appris de sources autorisées européennes et américaines.

La Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, les trois principaux négociateurs avec l’Iran, et les Etats-Unis divergent depuis peu sur une demande formulée par Washington, qui exige l’arrêt par la Russie des travaux engagés dans la centrale nucléaire iranienne de Bushehr, selon des responsables américains et des diplomates européens.Bushehr doit entrer en service l’an prochain.

« Les Européens ont fait savoir aux Etats-Unis (qu’ils allaient) présenter le texte aux cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’Onu et qu’ils comptaient le faire aujourd’hui », a déclaré un diplomate.

On a ensuite appris que le projet européen avait été communiqué aux Etats-Unis, à la Chine et à la Russie.

DROIT DE VETO

Les cinq membres permanents du Conseil de sécurité, et qui à ce titre possèdent un droit de veto, sont la France, les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine.

Téhéran n’ayant pas suspendu son processus d’enrichissement d’uranium comme le demandaient les Nations unies, les grandes puissances ont menacé l’Iran de sanctions. L’Occident considère que le programme nucléaire de la république islamique a des visées militaires. Téhéran affirme chercher simplement à produire de l’énergie pour ses besoins civils.

La Russie et la Chine hésitant à approuver des sanctions, certains responsables américains et européens craignent un blocage de la résolution par Moscou s’il n’est pas fait une exception pour Bushehr.Mais un haut responsable américain a déclaré à Reuters: « Sur Bushehr, je crois qu’ils vont régler ça » en autorisant la poursuite d’une partie de ce projet, qui rapporterait selon des estimations 800 millions de dollars à la Russie.

« Tout va dépendre de ce qu’on va permettre ou pas. Permettra-t-on la construction mais pas la livraison de combustible ? Comment fait-on ? Je pense qu’on va sans doute y parvenir », a déclaré le responsable qui a requis l’anonymat.Le projet de résolution européen interdirait quasiment toute coopération avec l’Iran en matière nucléaire et de missile, selon des extraits du projet vu par Reuters. Les Iraniens impliqués dans le programme nucléaire verraient leurs transactions financières à l’étranger gelées et leurs voyages interdits sauf pour raison humanitaire

« Les Etats prendront les mesures nécessaires pour empêcher la fourniture, la vente ou le transfert à l’Iran, directement ou indirectement, à partir de leur territoire ou par leurs nationaux ou par leurs navires ou avions (…) de tous éléments, matériaux, équipements, biens et technologie, qui pourraient contribuer aux programmes nucléaire et de missiles balistiques de l’Iran », prévoit la résolution.

AUCUNE ASSISTANCE

Les Etats doivent aussi faire en sorte de ne pas fournir à l’Iran d’assistance technique ni d’assistance financière, d’aide à l’investissement ou tout autre service, ni transférer des ressources financières ou des services liés aux programmes nucléaire et de missile balistique de l’Iran, poursuit la résolution.

Le projet de texte européen fait une exception pour la « construction » de Bushehr et semble autoriser quelque 1.500 Russes à continuer à travailler sur le site, situé dans le sud-ouest de l’Iran, explique le diplomate européen.

L’exception ne porte par sur les livraisons de combustible, précise le diplomate, ce qui signifie que la Russie ne serait pas autorisée à alimenter le réacteur, alors qu’elle devait le faire par contrat l’an prochain.

L’assistance technique à l’Iran en matière nucléaire par l’Agence internationale de l’énergie atomique serait limitée à « des buts médicaux et humanitaires » ou à des normes de sécurité, précise le projet de résolution.

Le diplomate précise que l’essentiel de la coopération technique de l’AIEA concernant des questions de sécurité à Bushehr, le processus se poursuivrait.

7,062FansLike
1,164FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous