IranNucléaireL'Iran empêche le travail d'inspecteurs de l'AIEA (diplomates)

L’Iran empêche le travail d’inspecteurs de l’AIEA (diplomates)

-

AFP, Vienne, 2 février – L’Iran empêche des inspecteurs de l’AIEA d’installer des caméras de surveillance dans une installation nucléaire où Téhéran veut placer 3.000 centrifugeuses pour enrichir de l’uranium à l’échelle industrielle, ont indiqué jeudi des diplomates à l’AFP à Vienne.

Des inspecteurs de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), une agence de l’ONU qui a son siège à Vienne, se trouvent actuellement à l’installation nucléaire de Natanz (centre de l’Iran), où un site souterrain est en voie de construction.

Les Iraniens n’autorisent pas « l’installation par l’AIEA de caméras à l’intérieur des salles (souterraines) des cascades de centrifugeuses à Natanz et causent d’autres retards dans l’activité des inspecteurs », a déclaré à l’AFP un diplomate qui suit de près le travail de surveillance de l’AIEA.

Ce dernier développement dans la crise avec l’Iran, suspecté de développer secrètement la bombe atomique, survient alors que la République islamique est sous le coup de sanctions de l’ONU qui veut obliger Téhéran à arrêter l’enrichissement d’uranium en cours.

Les centrifugeuses produisent de l’uranium enrichi, qui peut servir de combustible pour les réacteurs nucléaires civils mais aussi être utilisé à des fins militaires, pour fabriquer des bombes atomiques.
Les Iraniens avaient annoncé qu’ils installeraient sur le site souterrain de Natanz des séries (ou cascades) de centrifugeuses pour enrichir de l’uranium.

Dans une installation iranienne située en surface fonctionnent d’ores et déjà deux cascades de 164 centrifugeuses chacune. Celles-ci sont sous surveillance de l’AIEA, à l’aide de caméras et de visites d’inspecteurs.

Aux termes du Traité de non-prolifération nucléaire (TNP), signé par l’Iran, l’AIEA est également autorisée à surveiller les installations souterraines.

« Les Iraniens ne sont actuellement disposés à accepter l’installation de caméras qu’à l’extérieur des salles où se trouvent les cascades, ce qui ne permet pas à l’AIEA de surveiller l’ensemble du processus d’enrichissement d’uranium », a déclaré le diplomate, qui a requis l’anonymat.

« De cette manière, l’AIEA ne sera en mesure de voir que les caisses qui sont transportées à l’intérieur de la salle et les allées et venues des ouvriers », a-t-il dit.

L’enrichissement d’uranium se poursuivra ainsi « de manière ininterrompue et sans surveillance de la communauté internationale », a déclaré le diplomate.

Deux autres diplomates ont confirmé l’impasse.

« Si c’est vrai, cela démontre que le gouvernement iranien continue à ne pas prendre en compte la volonté de la communauté internationale et des Nations unies », a estimé Gordon Johndroe, porte-parole du conseiller à la Sécurité nationale Stephan Hadley, contacté par l’AFP.

La porte-parole de l’AIEA, Melissa Fleming, a refusé tout commentaire.

L’AIEA enquête depuis 2003 sur le nucléaire iranien après des révélations selon lesquelles Téhéran a caché des activités nucléaires sensibles pendant 18 ans.

Mais l’agence onusienne n’a pas été en mesure de terminer son enquête en raison « du manque de coopération » affiché, selon elle, par l’Iran.

Le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté en décembre une résolution qui impose des sanctions économiques à l’Iran en raison du refus de Téhéran d’arrêter l’enrichissement d’uranium.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous