IranNucléaireIran/nucléaire: les eurodéputés veulent voir Jalili, Solana n'est pas...

Iran/nucléaire: les eurodéputés veulent voir Jalili, Solana n’est pas sûr

-

AFP, Bruxelles, 21 janvier – Le négociateur iranien sur le nucléaire, Saïd Jalili, sera entendu mercredi à Bruxelles par des eurodéputés, mais peut-être pas par le diplomate en chef de l’Union européenne (UE) Javier Solana, qui a indiqué lundi qu’il craignait de perdre son temps.

M. Jalili devra répondre mercredi pendant une heure et demie aux questions de la commission des Affaires étrangères du Parlement européen, une première depuis que M. Solana a été chargé, au nom des grandes puissances, d’essayer de convaincre Téhéran de renoncer à son programme d’enrichissement d’uranium.

Ce programme est soupçonné d’alimenter un plan secret de fabrication de la bombe atomique.

Mais aucune rencontre n’est prévue à ce stade entre MM. Jalili et Solana. Les deux hommes se sont déjà vus plusieurs fois, à Rome fin octobre et à Londres fin novembre, depuis que M. Jalili a succédé à Ali Larijani. Mais ces rencontres n’ont pas permis d’assouplir la position des autorités iraniennes, qui répètent que l’enrichissement est leur « droit inaliénable ».

« Je ne sais pas encore si je le verrai », a indiqué M. Solana lundi à quelques journalistes. « Lors de réunions préparatoires, il n’a pas dit clairement s’il voulait parler de la question nucléaire, donc je dois voir si le rencontrer correspond vraiment à une bonne utilisation de mon temps », a-t-il ajouté.

M. Solana n’a cependant pas exclu de « trouver le temps » de rencontrer M. Jalili si cela s’avérait « nécessaire » après la réunion mardi à Berlin des ministres des Affaires étrangères des six grandes puissances (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne et Allemagne) impliquées dans le dossier nucléaire iranien. Cette réunion doit permettre aux Six « d’analyser la situation », a indiqué M. Solana qui y participera.

Washington et les Européens font pression pour l’adoption par le Conseil de sécurité des Nations Unies d’une troisième résolution prévoyant de nouvelles sanctions contre Téhéran, afin de convaincre le régime de suspendre l’enrichissement.

Mais Moscou et Pékin sont réticents, d’autant qu’un récent rapport du renseignement américain a indiqué que l’Iran avait mis fin à son programme d’armement nucléaire en 2003, discréditant le discours du président américain George Bush sur la menace représentée par Téhéran.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous