IranNucléaireKhamenei : "La nation iranienne ne recherche pas l'arme...

Khamenei : « La nation iranienne ne recherche pas l’arme nucléaire »

-

"Nous voulons de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques"

"Aucune nation dotée de sagesse aujourd’hui n’est intéressée par la fabrication de l’arme atomique. Elle [cette arme] va à l’encontre de toute pensée rationnelle. Les bombes atomiques ne sont pas bénéfiques car elles ne sont pas utilisables…", a dit l’ayatollah Ali Khamenei dans un discours retransmis en direct par la télévision nationale. "La nation iranienne ne recherche pas l’arme nucléaire", a soutenu le guide suprême, en ajoutant : "Nous voulons de l’énergie nucléaire à des fins pacifiques pour un usage quotidien et nous continuerons sur cette voie, même si cela doit rendre jaloux nos ennemis. Nous voulons très fort réaliser cet objectif."

S’adressant aux représentants des 35 pays membres du Conseil des gouverneurs de l’AIEA, lundi à l’ouverture de sa réunion d’été à son siège à Vienne, Mohamed ElBaradei a jugé "regrettable" l’absence de progrès de la part des dirigeants iraniens, qui ont refusé de s’expliquer sur la militarisation présumée de leur programme. Selon des renseignements que l’AIEA a assuré tenir de dix pays, l’Iran aurait mené par le passé des études suggérant une militarisation de son programme, notamment sur le façonnage d’une ogive nucléaire ou l’adaptation du missile balistique à moyenne portée Shahab-3.

Une offre de large coopération en échange d’une suspension de l’enrichissement d’uranium

Téhéran, qui martèle que son programme nucléaire est strictement pacifique, a jusqu’à présent jugé "sans fondement" ces documents, qualifiés de "prétendues études", et a dit avoir fourni toutes les explications nécessaires. "Je leur demande une nouvelle fois d’être pleinement coopératifs", a fait savoir Mohamed ElBaradei, en rappelant que l’agence onusienne cherchait déjà depuis cinq ans à établir la véritable nature des activités nucléaires de Téhéran.

L’Iran est sous le coup de trois séries de sanctions du Conseil de sécurité de l’Onu pour avoir refusé de geler ses activités d’enrichissement d’uranium, qui peuvent avoir des finalités militaires. Les cinq membres permanents du Conseil (la Chine, les États-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Russie) et l’Allemagne ont indiqué vouloir présenter prochainement à Téhéran une offre "rafraîchie" de large coopération en échange d’une suspension de ces activités.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous