IranNucléaireConfusion autour de la réponse de Téhéran à l'offre...

Confusion autour de la réponse de Téhéran à l’offre des « Six »

-

La première réaction iranienne est venue samedi du porte-parole du gouvernement, Gholam Hossein Elham, qui a rejeté la nouvelle offre avant même que M. Solana se soit entretenu avec le ministre des affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, et le négociateur pour le dossier nucléaire, Saïd Jalili. "Si les mesures (contenues dans l’offre) stipulent la suspension, il n’est même pas question d’en débattre", a dit ce porte-parole. Le président américain, George Bush, s’est appuyé sur ces propos pour se déclarer "déçu que la direction iranienne ait rejeté immédiatement cette offre généreuse".

Mais, plus tard dans la journée, M. Mottaki faisait savoir que la réponse iranienne dépendrait de l’accueil réservé à une contre-proposition faite par l’Iran quelques semaines plus tôt. Celle-ci ne mentionne pas la suspension de l’enrichissement d’uranium. Et, dimanche 15 juin, le président du Parlement iranien, Ali Larijani, annonçait que les députés iraniens étudieraient "attentivement" l’offre des "Six", tout en ajoutant que l’Occident ne devait pas s’attendre à ce que "le peuple iranien oublie ses droits".

Javier Solana avait, pour sa part, expliqué que les "Six" demandaient "la suspension durant le temps des négociations", signe qu’une chorégraphie particulière était proposée, avec une simultanéité de la suspension et du début des négociations, ce qui permettrait de surmonter le problème de la précondition rejetée par les Iraniens.

Dimanche soir, la secrétaire d’Etat américaine, Condoleezza Rice, en visite à Jérusalem, ne semblait plus considérer comme acquise la réponse iranienne. "Nous verrons bien quelle est leur véritable réaction, et non celle qu’ils ont exprimée avant même d’avoir lu" les propositions, a-t-elle commenté. Le département d’Etat américain a souligné, parallèlement, qu’un rejet de l’offre entraînerait de nouvelles sanctions internationales contre l’Iran.

La nouvelle offre (coopération économique, commerciale, dans le nucléaire civil, et discussions sur la sécurité régionale) est la troisième faite à l’Iran depuis le début de la crise provoquée par son programme nucléaire. La première, transmise en août 2005 par les seuls Européens, avait été qualifiée par Téhéran d’"insulte à la nation iranienne".

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous