IranNucléaireIran - Washington accentue la pression sur l'Iran

Iran – Washington accentue la pression sur l’Iran

-

Reuters, Vienne, 3 mars — Les États-Unis ont accusé l’Iran hier d’avoir trompé l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et ont exhorté l’institution viennoise à saisir le Conseil de sécurité de l’ONU en vue de sanctions économiques.

Washington soupçonne Téhéran de chercher à se doter de l’arme nucléaire sous le couvert d’un programme énergétique, ce que dément la République islamique.

«Le Conseil de sécurité dispose de l’autorité juridique et politique internationale nécessaire pour mener ce dossier à un règlement pacifique», a déclaré Jackie Sanders, représentante des États-Unis auprès de l’AIEA, dans un discours prononcé devant le conseil des gouverneurs de l’organisation et dont Reuters a pu prendre connaissance.

«Le conseil [de l’AIEA »> ne peut ignorer indéfiniment l’obligation statutaire qui lui impose d’en référer au Conseil de sécurité», a poursuivi Sanders en parlant d’infraction iranienne au Traité de non-prolifération nucléaire (TNP).

Le Conseil de sécurité de l’ONU, a-t-elle ajouté, «dispose de l’autorité nécessaire pour exiger et faire appliquer une suspension des activités liées à l’enrichissement [de l’uranium »> et au retraitement [du plutonium »> en Iran».

La représentante américaine faisait allusion au discours prononcé mardi par Pierre Goldschmidt, directeur général adjoint de l’AIEA. Téhéran, avait alors annoncé ce dernier, a opposé une fin de non-recevoir à la demande de l’agence qui souhaitait inspecter une deuxième fois la base militaire de Parchin.

En dépit des injonctions de l’AIEA, ajoutait Goldschmidt, l’Iran poursuit en outre son projet de construction d’un réacteur à eau lourde, installation qui produit du plutonium utilisable à des fins militaires.
Inventaire accablant «Le discours du Dr Goldschmidt [… »> nous fournit un inventaire accablant des tentatives iraniennes de dissimulation, de tromperie et d’entrave au travail des inspecteurs de l’AIEA», a souligné Sanders.

Interrogé la veille au soir sur une chaîne de télévision, Hassan Rohani, responsable iranien des négociations sur le dossier nucléaire, avait assuré ne pas craindre une éventuelle saisine du Conseil de sécurité.

«Nous n’avons pas intérêt à être envoyés devant le Conseil de sécurité, mais nous ne le craignons pas parce que nous avons agi dans le respect du droit international», a-t-il assuré.

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous