IranNucléaireNucléaire : Ashton propose à l'Iran une reprise des...

Nucléaire : Ashton propose à l’Iran une reprise des négociations mi-novembre

-

AFP: Le chef de la diplomatie européenne Catherine Ashton, intermédiaire des grandes puissances sur le dossier du nucléaire iranien, a annoncé jeudi avoir proposé à Téhéran une reprise des négociations mi-novembre, un peu plus de cinq mois après les sanctions décidées à l’ONU.

Elle a suggéré que ces discussions aient lieu à Vienne, siège de l’Agence internationale pour l’énergie atomique (AIEA).

« A la suite d’indications positives de la part de l’Iran, selon lesquelles M. (Saïd) Jalili (responsable iranien du dossier nucléaire, ndlr) est désireux de rencontrer la Haute représentante » de l’UE pour les Affaires étrangères, Mme Ashton « a proposé aujourd’hui officiellement à l’Iran que ces discussions se déroulent pendant trois jours à la mi-novembre », a indiqué son porte-parole.

Mme Ashton représente le groupe des six grandes puissances impliquées dans le dossier nucléaire iranien (Etats-Unis, Grande-Bretagne, Chine, France, Russie et Allemagne).

Elle « a proposé Vienne comme possibilité de lieu pour ces discussions », a ajouté le porte-parole, soulignant que Mme Ashton espérait à présent une « réponse positive » de l’Iran.

Les pays occidentaux soupçonnent l’Iran de chercher à se doter de l’arme atomique, sous couvert d’un programme d’enrichissement d’uranium officiellement civil, ce dont Téhéran se défend.

Samedi, le ministre iranien des Affaires étrangères Manouchehr Mottaki avait déclaré que les négociations entre l’Iran et les six puissances pourraient reprendre « fin octobre ou début novembre ».

Le 9 juin, le Conseil de sécurité de l’ONU avait renforcé les sanctions économiques internationales contre l’Iran. Les Etats-Unis et l’UE ont mis en oeuvre des sanctions encore renforcées, même si l’Iran affirme qu’elles n’ont aucun impact.

En faisant une telle offre de reprise du dialogue, Mme Ashton essaie de reprendre la main dans un dossier qui menaçait de lui échapper.

Mardi, l’Iran l’avait en effet publiquement critiquée, l’appelant à être plus « active » pour permettre une reprise des négociations.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ramin Mehmanparast, lui avait lancé aussi cette pique : « il semble que Mme Ashton soit moins active que son prédécesseur (Javier) Solana ».

Selon un diplomate européen de haut rang, les réticences jusqu’ici de Téhéran à accepter une date pour reprendre les négociations ont des raisons plus profondes : « Les Iraniens ont refusé cette démarche venant d’Ashton. Pour eux (l’intervention d’) Ashton n’est pas décisive » sur le dossier, a dit récemment ce diplomate.

Hillary Clinton, le chef de la diplomatie américaine, qui a rencontré jeudi à Bruxelles Mme Ashton, a tenu à souligner, elle, le rôle pivot que la Britannique était appelée à jouer dans les discussions, dans une interview accordée à la BBC, qui sera diffusée vendredi.

« A présent, vu que le potentiel pour négocier émerge à la suite de la main tendue de l’Iran à Catherine (Ashton), Catherine va conduire la communauté internationale dans ces négociations », a-t-elle dit.

« Bien entendu, c’est moi qui, missionnée par ce groupe de pays (les six puissances, ndlr) conduirai les négociations, nous y sommes prêts », a indiqué de son côté la Haute représentante de l’UE, au cours de cet entretien avec la BBC.

« Ce que nous faisons (…) est à présent d’essayer d’engager un dialogue sérieux avec l’Iran », a-t-elle ajouté, réitérant la « double approche » en cours : sanctions d’un côté pour « maintenir la pression », et main tendue de l’autre.

 

 

7,062FansLike
1,155FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous