IranNucléaireL'Iran fortifie son arsenal avec l'aide de la Corée...

L’Iran fortifie son arsenal avec l’aide de la Corée du Nord

-

Par William J. Broad, James Glanz et David E.Sanger

The New-York Times, 29 novembre –  Selon les télégrammes diplomatiques, les rapports secrets du Renseignement américain ont conclu que l’Iran a obtenu une cache de missiles de haute technologie, conçus sur la base d’un modèle russe, dont la puissance dépasse largement tout ce que Washington a publiquement concédé sur l’arsenal que possède Téhéran.

Selon un télégramme daté du 24 février de cette année, l’Iran a obtenu auprès de la Corée du Nord 19 de ces missiles. Le télégramme est un compte-rendu détaillé, hautement confidentiel d’une rencontre entre de hauts responsables russes et une délégation américaine menée par Vann H. Van Diepen, un responsable de la division de non-prolifération du département d’État qui, en tant que responsable national des renseignements a joué il y a plusieurs années un rôle crucial dans l’évaluation de la capacité nucléaire iranienne en 2007.

Les missiles pourraient pour la première fois donner à l’Iran la capacité de frapper les capitales d’Europe occidentale ou d’atteindre aisément Moscou, et les responsables américains ont averti que leur propulsion de haute technologie pourrait hâter le développement iranien de missiles balistiques intercontinentaux.

Des spéculations éparses mais persistantes existent sur le sujet depuis 2006, lorsque des rapports fragmentaires ont fait apparaître que la Corée du Nord pouvait avoir vendu à l’Iran des missiles conçus sur la base d’un modèle russe nommé le R-27, autrefois utilisé à bord des sous-marins soviétiques pour transporter des ogives nucléaires. Dans le monde non-classifié, beaucoup d’experts de contrôle en armement ont conclu que les pièces isolées de missiles se dirigeaient vers l’Iran, mais l’idée que des missiles complets, avec leurs énormes propulseurs, avaient été transportés secrètement n’a reçu que peu de crédit.

Le télégramme du 24 février, qui figure parmi ceux obtenus par Wikileaks et mis à la disposition d’un certain nombre d’organes de presse, précise que les agences de renseignements américaines pensent que l’expédition complète a effectivement eu lieu, et que l’Iran s’emploie à maitriser la technologie afin d’essayer de construire une nouvelle génération de missiles. Les services de renseignements des missiles ont également indiqué une coopération militaire – et peut-être nucléaire – beaucoup plus poussée entre la Corée du Nord et l’Iran que ce que l’on savait jusqu’à présent. A la demande de l’administration du président Obama, le New-York Times a accepté de ne pas publier le texte de ce télégramme.

La version nord-coréenne de ce missile de haute technologie, connu sous le nom de BM-25, pourrait transporter une ogive nucléaire. Beaucoup d’experts déclarent que l’Iran est encore assez loin d’acquérir une ogive nucléaire, surtout une suffisamment petite pour tenir dans la tête d’un missile, même s’ils pensent que l’Iran fait de gros efforts pour y parvenir.

Le BM-25 représenterait tout de même une avancée considérable pour l’Iran.

Aujourd’hui, la portée maximum des missiles balistiques iraniens connus est d’approximativement 2000 kilomètres, selon les experts. Cela signifie qu’ils pourraient atteindre des cibles au Moyen-Orient, y compris Israël, de même que dans toute la Turquie et des parties de l’Europe de l’est.

On dit que la portée du R-27 russe, lancé d’un sous-marin, atteint 2500 kilomètres.

Des scientifiques de l’aérospatial affirment que le BM-25 est plus long et plus lourd, et transporte plus de carburant, lui donnant une portée de plus de 3000 kilomètres. S’il est tiré depuis l’Iran, cette portée, théoriquement, permettrait à ses ogives d’atteindre des cibles aussi lointaines que l’Europe occidentale, notamment Berlin. S’il est tiré vers le nord-ouest, les ogives pourraient atteindre aisément Moscou.

Une portée de 3000 kilomètres est considérée comme moyenne ou intermédiaire. Les États-Unis ont traditionnellement défini les missiles de longue-portée ou intercontinentaux comme ayant des portées supérieures à 5000 kilomètres.

D’après les télégrammes secrets, le carburant pour les engins de haute technologie répond au nom bien difficile à prononcer de unsymmetrical dimethylhydrazine. C’est un liquide clair, volatile et hautement toxique, dégageant une odeur âcre de poisson.

L’inquiétude internationale quant aux avancées du programme de missile iranien s’est accentuée l’an passé, après que Téhéran ait envoyé son premier satellite dans l’espace. Des experts ont affirmé qu’il était clair que le second étage de la fusée, connue sous le nom de Safir, avait utilisé une nouvelle catégorie de moteurs plus puissants exploitant certains éléments de la technologie russe. Les experts du gouvernement américain affirment que les moteurs du R-27 russe représentent un progrès d’environ 40 % de la force de levage sur les moteurs tirés par du kérosène qui alimente la majeure partie des missiles iraniens.

« Sans cette production d’énergie supérieure, le Safir aurait échoué dans sa mission de mise en orbite d’un satellite léger », a affirmé un rapport publié en mai par l’Institut International pour les Études Stratégiques, un groupe d’analyse des armements à Londres.

Le rapport du groupe de Londres ne donne cependant aucune indication de l’accès à l’évaluation du renseignement américain. En effet, le rapport indique que bien que l’Iran ait obtenu des éléments de la technologie du R-27, les preuves publiques disponibles suggèrent que le pays n’a fait l’acquisition ni du missile nord-coréen dans sa totalité ni de son parent russe.

Les télégrammes affirment que l’Iran a obtenu non seulement le BM-25, mais qu’il a également vu la technologie de pointe comme un moyen d’apprendre comment concevoir et construire une nouvelle catégorie d’engins plus puissants.

« L’Iran a voulu des engins pouvant utiliser des carburants plus énergiques », a affirmé le télégramme du 24 février, « et acheter un groupe de missiles BM-25 donne à l’Iran un ensemble sur lequel le pays peut travailler à la rétro-conception ».

Le télégramme a ajouté que Téhéran pourrait utiliser les technologies du BM-25 comme des « éléments »  pour assembler et produire des missiles à longue portée. Mais il n’a offert aucune information pour soutenir cette évaluation.

 

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous