IranNucléaireHillary Clinton s'adresse directement à l'Iran avant la réunion...

Hillary Clinton s’adresse directement à l’Iran avant la réunion de Genève

-

AFP : MANAMA – Par Christophe SCHMIDT –  La secrétaire d’Etat américaine Hillary Clinton s’est adressée directement à l’Iran vendredi pour lui demander un esprit « constructif » à la réunion prévue lundi à Genève sur les plans nucléaires de Téhéran.

« Nous espérons que lors de cette réunion (…) nous verrons un dialogue constructif s’agissant de votre programme nucléaire », a-t-elle dit à la délégation iranienne qui participait, en même temps qu’elle, au dîner d’ouverture d’un forum sur la sécurité régionale à Bahreïn.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, n’a pas regardé Mme Clinton lorsque celle-ci parlait, et n’a pas applaudi à la fin du discours.

L’appel de Mme Clinton, inchangé sur le fond, a toutefois été lancé sur un ton fort différent de celui, de plus en plus sévère, employé ces derniers mois par les responsables américains.

« Nous continuons à faire cette offre de dialogue dans le respect de votre souveraineté », a-t-elle expliqué, « mais aussi avec un engagement inébranlable à défendre la sécurité mondiale et les intérêts du monde dans une région du Golfe sûre et prospère ».

Parlant un peu plus tôt à la BBC, Hillary Clinton avait également admis l’idée que l’Iran soit autorisé, « à l’avenir » et quand il aura rassuré sur ses intentions, à enrichir de l’uranium sur son sol avec la bénédiction des grandes puissances.

Les discussions prévues lundi et mardi à Genève interviennent après un an d’interruption. Elle mettront face à face l’Iran et les Six, ou « 5+1 » (les cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU: Etats-Unis, Russie, Chine, France et Grande-Bretagne, plus l’Allemagne).

L’Iran a fait l’objet de nouvelles sanctions de l’ONU en juin. Dans un entretien avec le bloggeur Josh Rogin, la secrétaire d’Etat a estimé que l’effet de ces sanctions commençait à se faire sentir et jouait un rôle dans l’acceptation de la reprise du dialogue par Téhéran.

La République islamique continue, en tous cas, de nier que son programme ait des visées militaires. Et jeudi, elle a élevé le ton contre l’Occident, jugé responsable des récents attentats visant des scientifiques iraniens et réaffirmé qu’il n’était pas prêt à des « concessions ».

Hillary Clinton a retrouvé au « Dialogue de Manama » les dirigeants cités dans les câbles américains dévoilés par le site WikiLeaks.

Dans l’un de ces documents qui jettent une lumière crue sur la perception de l’Iran par ses voisins, on apprend que le roi Abdallah d’Arabie saoudite a demandé aux Etats-Unis de « couper la tête du serpent ».

Dans un autre, le roi Hamad ben Issa al-Khalifa de Bahreïn explique au général américain David Petraeus qu’il est moins risqué d’intervenir militairement en Iran que de laisser la République islamique poursuivre son programme nucléaire.

Questionné au côté de Mme Clinton lors d’un point de presse, son homologue bahreïni Khaled ben Ahmad Al Khalifa a refusé de commenter le détail des câbles révélés, mais a assuré que « ce qui a été mentionné est, de fait, notre politique ».

« Nous le disons en public et nous le disons en privé », a poursuivi cheikh Khaled: Bahreïn approuve le développement civil de l’énergie nucléaire, mais « nous ne pourrons jamais accepter dans cette région » la présence de la bombe atomique.

Mme Clinton a élargi son propos au nucléaire nord-coréen, qui fera également l’objet d’une réunion au sommet lundi, cette fois à Washington.

La possession par Téhéran et Pyongyang d’armes nucléaires en vue de « menacer et d’intimider leurs voisins et au-delà », a-t-elle ajouté, « provoquera hélas une course à l’armement dans les deux régions ».

7,062FansLike
1,156FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous