IranNucléaireAshton à Istanbul "pour discuter de la question du...

Ashton à Istanbul « pour discuter de la question du nucléaire » iranien

-

AFP: Le chef de la diplomatie de l’UE, Catherine Ashton, intermédiaire des grandes puissances sur le nucléaire iranien, a affirmé jeudi à Istanbul que ce dossier serait bien abordé au cours de la réunion la semaine prochaine dans cette ville, malgré l’opposition de Téhéran.

« Pour moi il est très clair que nous venons pour discuter de la question du nucléaire et que c’est ce que nous allons faire », a déclaré Mme Ashton à la presse à l’issue d’une réunion avec le chef de la diplomatie turque, Ahmet Davutoglu.

Interrogée sur ses attentes avant cette réunion, Mme Ashton a affirmé que « l’objectif était à présent de chercher des moyens tangibles et crédibles de faire avancer » le dossier.

Les représentants du groupe dit 5+1 (Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie, Chine ainsi que l’Allemagne) et de l’Iran doivent se réunir les 21 et 22 janvier à Istanbul.

Le chef par intérim de la diplomatie iranienne, Ali Akbar Salehi, avait déclaré mercredi que son pays refusait de discuter à cette occasion de son programme nucléaire avec les grandes puissances les 21 et 22 janvier.

« Si l’autre partie (5+1) veut évoquer au cours des discussions une question appelée ‘dossier nucléaire’, nous ne reconnaîtrons pas ces négociations », a déclaré M. Salehi, également chef du programme nucléaire iranien.

Interrogée sur la possibilité de voir la Turquie, pays voisin de l’Iran dont la diplomatie a été très active au cours de derniers mois sur le dossier du nucléaire iranien, rejoindre la table des négociations, Mme Ashton a répondu par la négative.

« La Turquie est l’hôte de la rencontre (mais) les négociations seront menées par la même équipe que d’habitude, il n’y a pas eu de demande de changement et je pense que nous devons continuer de la même façon que nous avons commencé », a-t-elle déclaré.

M. Davutoglu a pour sa part assuré que la Turquie « mettrait tous ses moyens à la disposition » des négociateurs pour parvenir à un résultat.

Le chef de la diplomatie turque, qui s’est entretenu plus tôt dans la journée à Ankara avec le négociateur iranien sur le dossier du nucléaire Said Jalili, s’est dit optimiste sur la bonne volonté du camp iranien.

« Le fait qu’une nouvelle réunion a lieu deux mois après Genève est en soi une preuve qu’il existe une approche constructive chez les deux parties », a-t-il dit.

La communauté internationale soupçonne l’Iran de chercher, malgré ses dénégations, à se doter de l’arme nucléaire sous couvert de son programme nucléaire civil.

Téhéran, dont la politique d’enrichissement d’uranium a été condamnée à plusieurs reprises par l’ONU, est sous le coup de sanctions internationales qui ont encore été renforcées en juin.

La Turquie entretient de bonnes relations avec son voisin iranien. Membre temporaire du Conseil de sécurité de l’ONU au moment du vote des sanctions, elle a voté contre, affirmant privilégier la voie diplomatique.

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous