IranNucléaireNucléaire: le chef de l'AIEA plaide pour résoudre d'urgence...

Nucléaire: le chef de l’AIEA plaide pour résoudre d’urgence le dossier iranien

-

 

VIENNE, 29 nov 2012 (AFP): Par Isabelle LE PAGE – Le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Yukiya Amano a appelé jeudi à saisir d’urgence les chances de résoudre de façon diplomatique la question du programme nucléaire controversé de l’Iran, soupçonné de vouloir se doter de l’arme atomique.

« L’AIEA reste fermement engagée en faveur du dialogue. Il y a une opportunité de résoudre la question du nucléaire iranien de façon diplomatique », a déclaré le Japonais dans un discours à l’ouverture du conseil des gouverneurs de l’AIEA, qui se tient à huis clos pendant deux jours à Vienne.

« Il est temps maintenant de travailler avec un sens de l’urgence et de saisir l’opportunité d’une solution diplomatique », a-t-il ajouté selon le texte de son intervention.

L’agence et l’Iran doivent reprendre leurs entretiens le 13 décembre, après plusieurs rencontres depuis le début de l’année qui se sont toutes soldées par un échec. Malgré « des efforts intenses » de la part de l’agence, « je ne suis pas en mesure d’annoncer de progrès dans la clarification des éléments relatifs à une possible dimension militaire du programme nucléaire de l’Iran », a reconnu M. Amano.

L’enjeu de la rencontre de décembre est de nouveau la signature d’un accord sur une « approche structurée » donnant aux inspecteurs de l’agence un accès plus large à des sites, individus ou documents leur permettant de vérifier des points soulevés dans le sévère rapport de novembre 2011.

L’AIEA avait dressé une liste d’éléments indiquant selon elle que l’Iran avait, contrairement à ses dires, travaillé à la mise au point de l’arme atomique avant 2003 et peut-être ensuite.

« Cela fait maintenant un an que j’ai expliqué en détail le fondement des inquiétudes de l’agence concernant une possible dimension militaire » du programme nucléaire iranien, souligne Yukiya Amano, regrettant un manque de coopération de Téhéran.

« L’approche structurée, qui fait l’objet de négociations depuis presque un an, devrait être conclue et mise en place rapidement, avec des résultats concrets et tangibles », a-t-il insisté.

Non seulement aucun accord n’a été trouvé sur cette approche, mais « l’Iran a aussi continué ses activités d’enrichissement d’uranium jusqu’à 5 et 20%, et a augmenté sa capacité d’enrichissement contrevenant aux résolutions du conseil des gouverneurs de l’agence et du Conseil de sécurité de l’ONU », a critiqué le chef de l’AIEA.

Selon le dernier rapport de l’AIEA, l’Iran a terminé l’équipement en centrifugeuses de son site souterrain d’enrichissement de Fordo (centre), près de la ville sainte de Qom. Même si le nombre de centrifugeuses en fonctionnement est resté le même, le pays s’est doté de la capacité d’augmenter rapidement sa production s’il le souhaite.

L’enrichissement d’uranium par l’Iran figure au coeur des inquiétudes des puissances occidentales et d’Israël, qui soupçonnent le pays de vouloir se doter de l’arme atomique, ce que Téhéran dément. Ils craignent que l’Iran ne pousse l’enrichissement à un degré de pureté compatible avec la fabrication d’une arme nucléaire (soit 90%).

En tant que signataire du Traité de non prolifération des armes nuclaires, le pays estime avoir le droit d’enrichir de l’uranium à des fins pacifiques, pour produire de l’électricité ou des isotopes médicaux, servant notamment à diagnostiquer certains cancers.

« Nous allons continuer l’enrichissement (d’uranium) avec force », a d’ailleurs réaffirmé mercredi le chef du programme nucléaire iranien Fereydoun Abbassi Davani.

Ce sujet est au coeur des discussions avec le groupe des 5+1 (Etats-Unis, Chine, Russie, Grande-Bretagne, France et Allemagne) qui sont elles aussi dans l’impasse.

Après la parenthèse de l’élection présidentielle américaine, les grandes puissances ont récemment émis le voeu de reprendre rapidement des discussions avec l’Iran. L’objectif serait de se réunir dès le mois de décembre, au plus tard en janvier, peut-être à Istanbul, ont indiqué des sources diplomatiques à l’AFP.

 

7,062FansLike
1,166FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous