NewsResistanceMaryam Radjavi célèbre avec des parlementaires, le Nouvel An...

Maryam Radjavi célèbre avec des parlementaires, le Nouvel An iranien, porteur d’un renouveau démocratique

-

Chaque année en Iran, l’arrivée du printemps coïncide avec la célébration du nouvel an perse, Norouz, qui s’étale sur deux semaines. Pour la Résistance Iranienne, qui lutte contre le régime théocratique des mollahs, le renouveau de la nature est l’occasion de célébrer l’espoir et, en compagnie des parlementaires et des citoyens iraniens et occidentaux qui soutiennent la Résistance, de mettre l’accent sur le renouveau démocratique, qui plus que jamais, peut et doit avoir lieu en Iran.

Mme Maryam Radjavi, la présidente élue de la Résistance Iranienne, a pu s’exprimer plusieurs fois à cette occasion, lors de réunions parlementaires internationales ou au siège de la Résistance à Auvers-sur-Oise.

Le 10 mars, avant l’arrivée de Norouz, la dirigeante de l’opposition a prononcé en duplex un discours de vœux lors d’une conférence au Sénat des États-Unis, rappelant l’échec politique de la « parodie électorale » orchestrée récemment par le régime, « compétition entre deux groupes du régime constitués de responsables de la torture, des exécutions et de l’exportation du terrorisme ».

Elle a également profité de l’occasion pour remercier les parlementaires américains pour leur « politique de fermeté envers le régime intégriste en Iran », saluant « le soutien bipartisan des parlementaires pour les hommes et les femmes opprimés de son pays, l’Iran, et pour leur solidarité inébranlable avec les habitants du camp Liberty. »

Le 23 mars, c’est au Parlement du Royaume-Uni que Mme Radjavi a envoyé un message vidéo pour prendre part aux vœux du Nouvel An iranien, dont elle a affirmé que les iraniens l’ont célébré « cent fois plus » durant le règne des mollahs que par le passé, alors même que c’est une fête que les mollahs essayent d’empêcher. Signe de la volonté de changement, le message que porte le renouveau saisonnier n’en est que plus fort.

La présidente élue a insisté sur la force symbolique de Norouz lors des vœux prononcés au siège de la Résistance Iranienne à Auvers-sur-Oise, où en compagnie des Auversois et de nombreux Franciliens, elle a rappelé que « cette fête sert à créer de la solidarité, effacer les différences et renforcer l’amitié », expression enracinée d’une culture « plus forte que les contre-valeurs des mollahs ».

C’est le 5 avril dernier qu’a eu lieu une cérémonie à l’Assemblée Nationale, à l’initiative du Comité Parlementaire pour un Iran démocratique présidé par Dominique Lefebvre, député du Val d’Oise, et en présence de nombreux parlementaires français dont M. Bruno Le Roux, président du groupe socialiste.

Dans son allocution, Mme Radjavi a souligné l’extrême vulnérabilité du régime iranien en évoquant l’actualité. D’une part, elle a fait remarquer combien le régime se montrait craintif face à une contestation populaire de plus en plus importante : 6500 manifestations anti-régime ont eu lieu au cours de l’année écoulée, et le régime a annulé sa visite officielle à Vienne, prévue le 30 mars dernier, à cause d’une manifestation de l’opposition que le gouvernement autrichien a refusé d’annuler.

D’autre part, elle a rappelé qu’avec ses démonstrations de force, le régime tentait de dissimuler sa faiblesse, notamment en déployant 60 000 forces militaires et paramilitaires en Syrie, alors qu’aucune victoire de Bachar al-Assad en Syrie n’est plus envisageable : le dictateur syrien est essentiel à la survie du régime iranien, dont « l’ingérence n’est pas un signe de puissance ». De la même manière, les essais de tirs de missiles balistiques, en violation de la Résolution 2231 du Conseil de Sécurité de l’ONU et qui ont provoqué une vive polémique dans le courant du mois de mars, témoignent de cette volonté des mollahs de cacher leur vulnérabilité.

Déplorant la continuation d’une politique de violation des droits de l’homme, d’exécutions, Mme Radjavi a dénoncé, à plusieurs reprises lors de ses interventions, le pillage de la richesse nationale, notamment depuis la levée des sanctions dont le bénéfice est allé directement aux Pasdaran, qui s’en servent pour l’exportation du terrorisme et de l’intégrisme islamique à toute la région. Elle a également pointé la responsabilité de la théocratie dans les événements tragiques qui ont touché l’Europe, à Paris et à Bruxelles, résultats du terrorisme islamiste aveugle.

En contrepartie, la présidente élue du CNRI a profité de ses vœux renouvelés pour témoigner de sa reconnaissance envers les nombreux soutiens de la Résistance, remerciant en particulier les députés de l’Assemblée Nationale et les sénateurs français pour leur soutien à la promotion des droits de l’homme en Iran. Elle a également rendu hommage, dans un discours de vœu publié sur son site internet, à ceux qui luttent sans relâche pour faire advenir la liberté en Iran, les prisonniers politiques, les martyrs « héros de la liberté » du Camp Liberty impitoyablement attaqués en octobre 2015, et à tous les citoyens iraniens, épris de liberté et « adeptes de différentes ethnies et confessions », qui « sont les magnifiques fleurs du jardin de l’Iran ».

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Le rôle des étudiants et des universités dans le soulèvement national de l’Iran

Lors du soulèvement national du peuple iranien, qui a débuté à la mi-septembre de cette année, les étudiants ont...

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous