NewsResistanceIran / Résistance - Le soutient du prince Turki...

Iran / Résistance – Le soutient du prince Turki bin Faisal al-Saud

-

Iran / Résistance - Le soutient du prince Turki bin Faisal al-Saud

Lors du grand rassemblement pour un Iran libre, qui a eu lieu ce samedi 9 juillet 2016, de très nombreuses personnalités politiques et religieuses du monde entier se sont jointes à la résistance Iranienne pour dire tout haut ce que nos gouvernements occidentaux cachent tout bas, afin d’espérer pouvoir poursuivre leurs relations commerciales avec le régime des mollahs.

José Manuel Barroso, Ingrid Betancourt, mais également John Baird, Sid Ahmed Goali, Monseigneur Gaillot, le préfet Bonnet, le général américain David Phillips, et bien d’autres encore, se sont succédés à la tribune pour délivrer un message porteur d’espoir pour le peuple Iranien ; multiplier les foyers de résistance et faire tomber les gardiens de la révolution islamique.

Mais parmi toutes ces personnalités, il en est une bien particulière, que l’on n’attendait pas forcément là. Le prince Turki bin Faisal al-Saud. L’homme aujourd’hui président du centre du Roi Faisal pour la recherche et les études islamiques fut pendant 20 ans rien moins que le patron des services de renseignements Saoudiens. C’est dire si son réseau d’influence au sein de tout le Moyen-Orient est important. Au final, et alors que certaines personnalités politiques sont présentes tous les ans au Bourget, la simple présence du prince Saoudien a été reçue comme un soutien diplomatique de poids pour le Conseil National de la Résistance Iranienne.

Retour sur des milliers d’années d’histoire et de culture.

Durant toute la première partie de son discours, le prince est revenu sur l’histoire de l’islam, mais également sur l’histoire des Perses, et sur l’importance de la culture monothéiste de la Perse antique, bien avant que le Christianisme et l’Islam ne se propagent. Se servant de ces bases, il a mis en avant les qualités précieuses de l’islam Perse, et l’entente cordiale qui a régné des siècles durant entre l’islam pratiqué par les Perses et celui pratiqué par les Arabes.

Après avoir affiché sa sympathie et son respect pour le peuple Iranien et l’histoire Perse dans son ensemble, remontant aux Zoroastriens, Turki bin Faisal n’a eu de cesse de blâmer le pouvoir Iranien en place, qualifiant la situation vécue par le peuple de « cancer Khomeyniste ». Allant même encore plus loin, et alors qu’il était interrompu par le public criant « le peuple veut la chute du régime », le prince assénait : « Moi aussi, je veux la chute du régime ! ». Promettant même que cette chute interviendra « bientôt, et non plus tard ».

Le cancer Khomeyniste

Ce qu’a brillamment rappelé l’ancien chef des services de renseignements Saoudiens, c’est que l’animosité qui règne actuellement entre l’Iran et le monde arabe remonte à 1979, alors que l’Ayatollah Khomeyni prenait le pouvoir : « L’Ayatollah Khomeyni avait déclaré qu’il exporterait sa révolution et menacerait directement notre existence. De plus, sa répression des Arabes, des Arméniens, des Azerbaïdjanais, des Baluchis, des Sunnites et des Chiites continue toujours. » Il souhaite donc ardemment un changement de régime en Iran, et l’affiche haut et fort.

Ceci permettra à la région de retrouver plus de sérénité, ainsi que des relations plus cordiales entre les différents états du Moyen-Orient. Et ce sentiment est partagé par nombres d’observateurs. L’ingérence de l’état Iranien dans les affaires arabes agace profondément les pays alentours. Pire, Six pays au moins ont rompu leurs relations avec l’Iran, en attendant que les choses évoluent.

Pour finir, le prince Saoudien s’est directement adressé à son hôte du jour, Maryam Rajavi. Pour la saluer et la féliciter du combat qu’elle et les résistants Iraniens de tous les pays mènent contre le guide suprême : « Et vous, Maryam Rajavi, vos efforts pour débarrasser votre peuple du cancer khomeyniste est une épopée historique qui, comme le Shahnameh, restera inscrite dans les annales de l’histoire. »

Bien entendu, si la presse Saoudienne a largement repris les propos de Turki bin Faisal, l’état Iranien, lui, n’a pas du tout apprécié, traitant le régime Saoudien de « père des Talibans et d’Al Qaeda » et fustigeant « un nouvel exemple d’obscénité et de stupidité politique. »

Mais ce que tous retiendront de cette intervention à la tribune du grand rassemblement pour un Iran libre, c’est le calme et la détermination d’un homme aussi influent dans la région. A l’instar de nombreux autres intervenants, le prince Turki bin Faisal est persuadé que le régime vit ses dernières heures et que les Iraniens finiront par renverser le pouvoir en place dans un avenir proche. C’est le sens de ce que l’on a entendu de la bouche de différents dignitaires ce samedi 9 juillet, lorsqu’ils déclaraient au sujet du grand rassemblement annuel de la résistance Iranienne : « Next Year in Teheran ! » Un slogan repris avec ferveur par la foule impressionnante venue vivre ces interventions en direct.

 

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous