EconomyÉconomieIran /dollar: le problème des virements extérieurs n'est pas...

Iran /dollar: le problème des virements extérieurs n’est pas réglés

-

AFP: TEHERAN – Les autorités iraniennes ont réussi à faire baisser la valeur du dollar et des autres devises étrangères face à la monnaie nationale, le rial, après la flambée de la semaine dernière, a constaté un journaliste de l’AFP.

Mardi, les bureaux de change vendaient le dollar à environ 11.000 rials contre plus de 12.500 la semaine dernière, soit une baisse de près de 15%.

Avant la flambée, le billet vert était vendu à 10.800 rials dans les bureaux de change.

Cette baisse est due à une injection massive de dollars par la banque centrale sur le marché intérieur pour en stabiliser le prix.

Dans les bureaux de change officiels, chaque Iranien pouvait acheter 2.000 dollars au prix fixé par la banque centrale, soit 10.750 rials le dollar. Des acheteurs ambulants achètent ces mêmes dollars aux particuliers à 10.900 rials pour les revendre 11.000 rials, a constaté l’AFP.

« C’est une manière de lutter contre les sanctions. Le gouvernement veut montrer que les sanctions internationales n’ont pas d’effet », a estimé le responsable d’un bureau de change.

« Mais le problème des virements extérieurs n’est pas totalement réglés », a déclaré un autre échangiste, qui a requis l’anonymat.

Le gouverneur de la banque centrale iranienne, Mahmoud Bahmani, a indiqué jeudi dernier que l’objectif de la Banque centrale, qui soutient depuis des années le cours de la monnaie iranienne à un niveau très élevé, était de ramener le dollar à moins de 10.600 rials en une semaine.

Cette tension sur le billet vert a commencé fin septembre après que les banques émiraties ont interrompu la plupart des transactions bancaires avec l’Iran, ce qui a affecté les échanges commerciaux du pays avec l’extérieur.

Les Emirats se sont alignés sur un durcissement des sanctions économiques contre Téhéran décidé cet été par les Etats-Unis et l’Union européenne, dans la foulée d’une nouvelle condamnation de la politique nucléaire de l’Iran par le Conseil de sécurité des Nations unies le 9 juin.

Les Emirats arabes unis, notamment Dubaï, par où transitent entre le tiers et la moitié des importations iraniennes –légales et de contrebande– sont le premier partenaire commercial et la principale base arrière financière de l’Iran.

 

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous