Intelligence ReportsTerrorismeLes attaques du Hezbollah servent de diversion à l’Iran

Les attaques du Hezbollah servent de diversion à l’Iran

-

The Washington Times, 7 août – De Rowan Scarborough – L’attaque du Hezbollah le 12 juillet contre Israël est considérée par l’administration Bush comme une tentative de briser l’unité avec laquelle l’occident porte toute son attention sur l’Iran pour qu’il cesse d’enrichir de l’uranium à usage militaire.

Le Hezbollah, qui est financé et entraîné par les gardiens de la révolution iraniens, a frappé le jour même où les six puissances – les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’Onu, plus l’Allemagne – se rencontraient à Paris pour discuter des mesures à prendre après que l’Iran ait refusé de suspendre son programme d’enrichissement. C’est survenu plusieurs jours avant le sommet du G8 en Russie, au cours duquel le président Bush a insisté pour une attitude plus dure contre le régime militant de l’Iran qui a menacé de détruire Israël.

« C’était pour détourner l’attention du programme nucléaire de l’Iran”, a répondu un haut responsable gouvernemental, à la question de savoir pourquoi les forces du Hezbollah basée au Liban avaient choisi cette date pour lancer une attaque en Israël tuant trois soldats israéliens et en kidnappant deux autres. Interrogé pour savoir comment les Etats-Unis le savaient, le responsable a décliné tout commentaire.

Un second responsable a également dit que l’attaque semblait être une tentative de briser l’alliance européenne avec les USA de bloquer l’Iran. L’autorité a ajouté qu’il n’y avait pas de preuve concrète que l’Iran ait spécifiquement déclenché l’attaque.

Une autorité américaine des renseignements, qui a demandé à conserver l’anonymat, a dit qu’on ne savait pas exactement pourquoi le Hezbollah avait choisi ce moment pour cet acte provocateur. Selon ce responsable, il pourrait s’agir d’une tentative pour échanger des combattants du Hezbollah détenus par Israël en échange des deux soldats israéliens. Le responsable a refusé de discuter sur l’Iran.

Le négociateur nucléaire en chef de l’Iran, Ali Laridjani, un ancien commandant ultra des gardiens de la révolution, est désormais le secrétaire du Conseil suprême de sécurité nationale.

M. Larijani a rencontré le 11 juillet en Europe Javier Solana, le représentant de la politique étrangère de l’Union européenne. M. Larijani a rejeté l’offre européenne d’incitation à cesser l’enrichissement.

Le jour suivant, M. Larijani apparaissait à Damas à la télévision syrienne dans une rencontre avec le président Bashar Assad, un autre soutien du Hezbollah. Son régime permet la traversée de cargaisons d’armes et de missiles iraniens de son territoire vers le sud Liban.

La stratégie Iran-Syrie-Hezbollah ne semble pas fonctionner, affirme les autorités gouvernementales.

D’abord, le Conseil de Sécurité de l’ONU a exprimé lundi dernier dans son vote sa “grave préoccupation » en disant que l’Iran avait jusqu’au 31 août pour cesser l’enrichissement ou il devrait affronter des sanctions.

Deuxièmement, les autorités de Bush disent que le Hezbollah a sous-estimé la réponse d’Israël. Plutôt que des représailles, Israël a lancé immédiatement une guerre totale contre le Hezbollah. Utilisant des avions de combat américains avancés et des munitions de précision, il a lancé sans répit des attaques contre les centres de commandement du Hezbollah, ses maisons, ses réseaux de communication, la télévision Al-Manar et ses caches d’armes. Sur le terrain, les Israéliens affirment avoir nettoyé plus de 20 villages du sud Liban des combattants du Hezbollah.
L’officier de renseignement américain estime que le Hezbollah « a mal calculé et n’a pas anticipé les événements qu’il allait provoquer ».

Les autorités de l’administration Bush ont dit que le Hezbollah ne pourra jamais se rétablir dans le sud Liban, où il avait fait de ce terrain montagneux un réseau de centres de commandement, de garnisons et de caches d’armes pour y tirer ses 13.000 roquettes sur les centres de population israéliens.

Le Hezbollah est sur la liste des cibles des Etats-Unis depuis les attaques du 11 septembre d’Al-Qaïda. Bien qu’il ne soit pas directement lié à Al Qaïda qui est sunnite, le Hezbollah chi’ite libanais a attaqué et tué des Américains, juré la destruction d’Israël et prôné l’instauration d’une théocratie de style iranien à Beyrouth.

Aujourd’hui, Israël fait quelque chose que Washington voulait depuis des années.

« Il se peut que le Hezbollah soit ‘l’équipe-A’ du terrorisme et que Al-Qaïda soit en fait ‘l’équipe-B’. Il est sur la liste et son heure viendra », avait dit alors le vice-secrétaire d’Etat Richard Armitage en 2003. « Il ne fait aucun doute là-dessus. Tout est dans les temps. Et nous allons nous occuper de ces problèmes comme un apprenti lutteur s’occupe d’un match. Nous allons les abattre d’un seul coup”.

Les autorités gouvernementales ont dit que les forces armées israéliennes exagèrent les dégâts que leurs attaques ont infligés à l’arsenal important du Hezbollah. Cependant, disent-elle, le groupe a été endommagé.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous