Iran and its NeighboursIrakIran et Irak vont discuter de l'accord d'Alger sur...

Iran et Irak vont discuter de l’accord d’Alger sur la frontière

-

Reuters, Bagdad, 29 décembre – Une délégation irakienne se rendra en Iran dans les prochains jours pour négocier de légères modifications à l’accord qui définit depuis 1975 la frontière entre les deux pays, annonce le vice-ministre irakien des Affaires étrangères, Labid Abbaoui.

Cette initiative semble confirmer une solution diplomatique au désaccord lié au traité d’Alger signé il y a près de 33 ans et que le président irakien Djalal Talabani avait qualifié mardi de « caduc ».

Revenant plus tard sur ses propos, Talabani avait déclaré que le traité était toujours valide mais que l’Irak souhaitait négocier certains changements.

« Nous approuvons la dernière déclaration de Talabani selon laquelle le traité de 1975 entre l’Iran et l’Irak est valide », a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères, Manouchehr Mottaki, cité samedi par l’agence de presse Isna.

« Ce point de vue peut constituer une base solide aux relations entre l’Iran et l’Irak », a-t-il ajouté.

En Irak, Abbaoui a ajouté que les Iraniens avaient accepté de débattre de changements au traité, sans toutefois donner de date pour les pourparlers.

« Une partie des discussions concernera le traité d’Alger, nous parlerons de la frontière et tenterons de définir clairement son tracé. Des puits de pétrole se trouvent sur la frontière, nous souhaitons que les bénéfices en soient partagés », a déclaré Abbaoui à Reuters.

« Cela ne représente pas un problème pour l’Iran. Ils ont donné leur accord aux négociations et il n’y a pas de problème », a-t-il ajouté.

Le traité d’Alger a été contesté depuis sa signature entre Saddam Hussein, alors vice-président irakien, et le Shah d’Iran.

Dans les années 1980, les désaccords sur le tracé de la frontière ont plongé Iraniens et Irakiens dans une guerre qui a duré huit ans et fait plus d’un million de morts.

Au coeur des revendications se trouve l’estuaire du Chatt al Arab, qui permet l’accès au Golfe arabo-persique et comporte des champs pétrolifères.

Selon Abbaoui, des portions du territoire irakien sont désormais inondées à cause de l’érosion et des changements géographiques dans la région. L’Irak souhaite également négocier avec l’Iran la neutralisation de milliers de mines qui parsèment encore le Chatt al Arab, a-t-il ajouté.

Asil Kami, version française Gregory Schwartz

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous