IranIran: 7 à 20 ans de prison pour huit...

Iran: 7 à 20 ans de prison pour huit internautes accusés de propagande anti-régime

-

 

TÉHÉRAN, 30 mai 2014 (AFP) – Huit personnes ont été condamnées à des peines allant de 7 à 20 ans de prison notamment pour propagande anti-régime sur Facebook, a annoncé vendredi un site internet de l’opposition.

 

Sans citer de source, le site Kaleme affirme que le tribunal a prononcé ces peines au cours d’une audience la semaine dernière. Les accusés étaient poursuivis, selon Kaleme, pour « insulte au guide suprême et aux autorités, activités anti-régime, sacrilège, et mensonges » sur Facebook, dont l’accès est bloqué en Iran.

 

Ces informations n’ont pas pu être vérifiées de source indépendante et les médias officiels n’en n’ont pas fait état.

 

Selon Kaleme, une femme britannique d’origine iranienne qui figure parmi les huit accusés a été condamnée à 20 ans de prison. Roya Saberinejad Nobakht aurait été arrêtée à Chiraz l’automne dernier pour des commentaires publiés sur sa page Facebook.

 

Le président iranien Hassan Rohani, un religieux modéré élu en juin 2013, a souhaité plus de liberté dans les affaires culturelles et sociales. Mais il doit faire face à l’opposition de l’Autorité judiciaire, contrôlée par les conservateurs qui critiquent régulièrement les positions jugées trop libérales du gouvernement.

 

Six jeunes Iraniens ont été arrêtés il y a une dizaine de jours pour avoir dansé sur la chanson de Pharrell Williams « Happy », dans une vidéo filmée sur les toits de Téhéran et mise en ligne. Ils ont par la suite été libérés sous caution.

 

Depuis l’élection de M. Rohani, trois quotidiens réformateurs ont été fermés définitivement et deux autres – un réformateur et un conservateur – ont écopé d’une interdiction temporaire de publication.

 

Le président a récemment mis son veto à une proposition d’interdire WhatsApp, empêchant ainsi l’application de nouvelles restrictions suggérées par un comité en charge de la censure sur Internet.

 

Les autorités iraniennes bloquent régulièrement l’accès aux réseaux sociaux, en particulier Twitter et Facebook, ainsi qu’à d’autres sites considérés comme non-islamiques ou préjudiciables pour le régime.

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous