IranFemmesIran : Les femmes résistent contre 28 organismes répressifs

Iran : Les femmes résistent contre 28 organismes répressifs

-

Au cours des quatre dernières décennies, les femmes et les filles iraniennes ont été à l’avant-garde de la résistance contre la dictature religieuse et ses lois, sa constitution et sa répression misogynes.

Lors des récentes manifestations nationales, notamment les protestations contre la hausse soudaine du prix du carburant en novembre 2019, le leadership des femmes a été mis en évidence plus que jamais, contraignant les responsables à reconnaître ce fait à plusieurs reprises.

Ces jours-ci, la lutte des femmes iraniennes pour les libertés personnelles et sociales, et les droits fondamentaux, a sévèrement terrifié les autorités. Le régime a intensifié sa répression systématique et ses mesures misogynes en réponse aux tentatives répétées des femmes de faire entendre leur voix.

Historique de la misogynie en Iran

Depuis la prise du pouvoir par les mollahs en février 1979, le fondateur du régime, Ruhollah Khomeini, a institutionnalisé le misogynisme et l’apartheid entre les sexes au sein de la nouvelle tyrannie théocratique.

Khomeini a précipité ses voyous, les forces du Hezbollah, dans les rues pour réprimer les femmes qui défiaient le hijab obligatoire. « Soit le foulard, soit le bâton sur la tête », scandaient les loyalistes de Khomeini. Depuis lors, le peuple iranien les a baptisés « matraqueurs » en raison de leur penchant à utiliser des matraques contre toute dissidence.

Iran : Les femmes résistent contre 28 organismes répressifs

À l’époque, le groupe d’opposition, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple d’Iran (OMPI), a fermement condamné les mesures misogynes du régime sous la bannière de l’islam et des croyances religieuses.

La condamnation de l’OMPI a porté un coup important aux rêves de Khomeini d’établir un « empire islamique », car l’organisation était la plus importante organisation musulmane contre la dictature monarchique renversée.

En mars 1979, un groupe de femmes a organisé une grande marche à Téhéran, pour protester contre les politiques misogynes du régime, notamment le port de hijab obligatoire.

Khomeini a dépêché des forces du Hezbollah pour réprimer les femmes. Cependant, les femmes membres de l’OMPI, portant des foulards, ont formé une chaîne humaine autour des manifestantes, ce qui a empêché les forces de Khomeini de disperser la manifestation. L’auteur du coup de massue a blessé de nombreuses femmes membres de l’OMPI.

En fin de compte, les voyous de Khomeini n’ont pas réussi à arrêter la marche. Les membres de l’OMPI ont prouvé que Khomeini avait exploité la religion pour maintenir son emprise sur le pouvoir et que ses prétentions à protéger l’Islam étaient totalement fausses.

Néanmoins, Khomeini a mis en œuvre ses mesures misogynes malgré les objections des femmes et a imposé unilatéralement le hijab obligatoire et a fini par l’appliquer par la force des choses.

Les femmes iraniennes ont toutefois poursuivi leur résistance au cours des quatre dernières décennies, refusant totalement de se soumettre aux pratiques médiévales du régime. Afin d’étouffer la lutte des femmes pour leurs droits fondamentaux, les mollahs ont créé quelque 28 agences d’oppression, ce qui n’a fait que renforcer la détermination des femmes à mener des activités anti-régime.

Par exemple, les autorités ont récemment interdit aux femmes d’assister et de regarder un match de football entre l’équipe nationale iranienne et celle du Liban à Machhad. Les forces de sécurité ont tiré des gaz lacrymogènes dans la foule et pulvérisé du poivre sur les manifestantes pour les disperser.

Le régime a interdit aux femmes d’entrer dans le stade, même s’il avait vendu des billets à un petit nombre de femmes et s’était vanté de mettre fin à ses lois archaïques dans ce contexte. Fidèles à eux-mêmes, les mollahs ont rompu leur engagement au dernier moment, provoquant la fureur du public.

Après cette répression flagrante, le président iranien, Ebrahim Raïssi, tristement célèbre pour être le « boucher de Téhéran » en raison de son implication dans le massacre de prisonniers politiques en 1988, a organisé une réunion avec des militants socioculturels dans la province de Khorasan Razavi.
L’agence de presse Mehr, affiliée au ministère du Renseignement et de la Sécurité (VEVAK), a cité Raïssi dans sa dépêche du 1er avril : « Il existe près de 28 agences chargées de faire respecter le hijab. »

Les remarques de Raïssi sont un aveu apparent des mesures misogynes défaillantes du régime à l’encontre des femmes et suscitent de sévères condamnations dans le pays et à l’étranger. En outre, il a implicitement révélé que le régime ne peut plus contrecarrer les activités des femmes et que la répression s’est retournée contre lui, la récente répression à
Machhad ayant déclenché une vague de solidarité nationale avec les femmes dans tout l’Iran.

En effet, cette solidarité a également été ressentie lors des manifestations nationales de janvier 2018, novembre 2019 et mars 2020. À l’époque, les commandants des services de sécurité et de renseignement ont souligné à plusieurs reprises le rôle des femmes dans la fomentation et la conduite des soulèvements dans diverses villes.

De plus, les femmes continuent d’organiser et de diriger de nombreuses manifestations civiles et activités anti-régime à travers le pays, chaque événement terrifiant sérieusement les mollahs quant à l’avenir de leur régime. Par conséquent, ils cherchent désespérément à intensifier leurs mesures misogynes pour contrer l’ensemble de la société et retarder leur chute finale.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous