IranFemmesLa police iranienne chasse les «mal voilées»

La police iranienne chasse les «mal voilées»

-

Le Figaro, 22 avril – Depuis hier, la police sévit contre les femmes qui ne respectent pas la tenue islamique.

A Téhéran, c’est devenu une routine. Dès que les foulards et que les manteaux rétrécissent, à l’arrivée des beaux jours, la police lance sa chasse aux filles mal voilées. La nouvelle année persane n’a pas échappé à la règle : «Nous allons sévir contre les femmes qui portent des foulards légers, des pantalons courts et des manteaux cintrés», prévenait, dès la semaine dernière, le chef de la police de Téhéran, le général Morteza Talaï. Il a également menacé de sanctionner les magasins qui vendent des tenues trop légères.

Assis dans sa boutique perchée au deuxième étage du passage Ghassem, en plein coeur du marché de Tadjrich, Hessam, un jeune vendeur, craint le pire. «C’est reparti pour un tour !», dit-il. L’année dernière, il a été contraint de mettre la clef sous la porte pendant dix jours et de payer une amende équivalant à 500 euros (soit deux fois le salaire mensuel moyen). Raison invoquée par les Gardiens de la morale : une vitrine décorée de manteaux «décadents», autrement dit «trop colorés» et «trop moulants». Du coup, cette année, il opte pour la prudence. «Je viens de recevoir un stock de pantacourts, car les Iraniennes en raffolent. Par les temps qui courent, je les ai laissés à la réserve», dit-il.

CINQUANTE PATROUILLES

L’élection, en juin dernier, d’Ahmadinejad, un ultraconservateur, a aussitôt laissé craindre le pire en matière de répression. Mais jusqu’ici, le président semble avoir été trop débordé par sa politique offensive lancée sur la scène internationale pour se préoccuper de la tenue des Iraniennes. Reste donc à voir si la nouvelle campagne, lancée par la police, s’avérera plus sévère que les années précédentes. Selon les chiffres annoncés, cinquante patrouilles ont été déployées à travers la capitale.

Les contrevenantes encourent entre 10 et 60 jours de prison ou une amende allant de 50 000 à 500 000 rials (entre 5 et 50 euros). Mais, en ce vendredi, jour férié à Téhéran, les policiers se sont montrés plutôt indulgents. Aux alentours de la place Vanak, haut lieu de la drague iranienne, on pouvait les voir effectuer des rondes serrées à la tombée de la nuit, sans toutefois s’attaquer aux «mal voilées». «Ils attendent sûrement le début de la semaine pour commencer à sérieusement sévir», souffle Hessam. Avec ses mèches décolorées qui s’échappent du foulard, et son manteau cintré en blue-jeans, Mina Elmi, une étudiante de 21 ans, n’a pas l’air, pour autant, de se faire du souci. «Je n’ai pas l’intention de changer mes habitudes. Je refuse d’avoir peur», dit-elle, avec audace, en se repoudrant le visage. A ses côtés, Sepideh Yazdi, sa compagne de lèche-vitrines, est fière de nous montrer ses derniers achats : des escarpins à bouts pointus, le nec plus ultra de la mode téhéranaise.

Car ce n’est pas parce qu’elles doivent porter le foulard, obligatoire depuis la prise du pouvoir par les religieux, en 1979, que les Iraniennes se privent d’être coquettes. Au contraire. Les temps ont changé depuis les premières années qui suivirent la révolution islamique au cours desquelles les «soeurs islamiques» veillaient sévèrement au grain : couleurs proscrites, robes longues et larges qui glissent jusqu’aux chevilles, chaussettes obligatoires dans les sandales.

C’est notamment avec l’arrivée au pouvoir du président modéré Khatami, en mai 1997, que les Iraniennes ont commencé à s’accorder quelques libertés : d’abord les foulards à moitié transparents, puis les mèches rebelles et les touches de maquillage, ensuite les manteaux qui s’arrêtent au-dessus du genou. «Au fil des années, les Iraniennes ont réussi à imposer le changement, à dose homéopathique. Condamnées à l’invisibilité, elles se sont lancé comme défi de redevenir visibles. Et elles ne semblent pas prêtes à y renoncer», remarque la sociologue iranienne Masserat Amir Ebrahimi.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous