IranIran (actualité)Le Président iranien nomme un quatrième ministre du pétrole

Le Président iranien nomme un quatrième ministre du pétrole

-

Iran Focus, Londres, 4 décembre – Dernier acte après des mois d’affrontements sur le contrôle de l’immense industrie pétrolière iranienne : pour occuper le poste stratégique, le président Mahmoud Ahmadinejad a nommé dimanche dernier Kazem Vaziri-Hamaneh, qui fait actuellement fonction de ministre du Pétrole.

Vaziri-Hamaneh est un ancien haut responsable du ministère du Pétrole. Il a servi dans le gouvernement précédent en tant que ministre adjoint du pétrole. Ce portefeuille important demeure vacant depuis le mois d’août. En effet, les députés du parlement, où les ultra-conservateurs sont majoritaires, ont voté contre la nomination de trois candidats à ce poste au motif qu’ils n’avaient pas la capacité de diriger le secteur pétrolier d’une importance vitale.

L’Iran se situe au quatrième rang mondial des producteurs de pétrole et tire 80 % de ses revenus du pétrole et du gaz.

Le Majlis doit se prononcer la semaine prochaine sur le nouveau candidat. Les premières réactions des différentes factions politiques siégeant au parlement iranien donnent à Vaziri-Hamaneh de meilleures chances de survie qu’à ses prédécesseurs.

« Il a 30 ans d’expérience dans le secteur du pétrole et je le soutiens personnellement. C’est un expert, il est engagé. C’est un disciple du guide suprême et un religieux », a déclaré le président de la Commission de l’Energie au Majlis, Kamal Danechyar, à l’IRNA, l’agence de presse officielle.

Selon des analystes de la vie politique et économique, les échecs successifs pour trouver un ministre du pétrole ont égratigné l’image du président ultra conservateur de l’Iran et causé des dommages à l’économie du pays.

Une des grandes promesses électorales d’Ahmadinejad était de « se débarasser de la mafia pétrolière » et de « redistribuer au peuple les revenus du pétrole ». Il fait régulièrement le vœu de couper les mains aux « personnes influentes qui mettent dans leurs poches les bénéfices immenses tirés des ventes de pétrole ».
L’agence d’information gouvernementale ISNA a cité une déclaration que Ahmadinejad a effectué dimanche dernier : « Le processus et les procédures de la vente du pétrole doivent être totalement légales, transparentes et quantifiables financièrement. A aucun moment les partis ou les personnalités politiques ne doivent en tirer profit. Aucune action ne doit être entreprise dans le secret ».

Les observateurs pensent que l’ancien président iranien, Ali-Akbar Hachemi Rafsandjani, dont les fils et les proches parents ont été personnellement très impliqués dans le commerce pétrolier national, est la cible de la campagne « anti-corruption » de Ahmadinejad.

« Grossièrement, il existe au sein du Majlis deux formations qui font échouer les tentatives d’Ahmadinejad de prendre le contrôle du Ministère du Pétrole », a déclaré Simon Bailey, analyste spécialiste du Golfe Persique au Gulf Intelligence Monitor de Londres. « Vous avez certains députés qui doivent leur siège à Rafsandjani. Mais plus important encore, il y a un bloc d’ultraconservateurs dirigé par Ahmad Tavakkoli. Ils sont également opposés aux entreprises pétrolières de Rafsandjani, mais veulent voir leur propre homme à la direction du ministère du Pétrole, et non pas un ami de Ahmadinejad ».

« Gardez en mémoire que dans ce pays, les partis politiques ne sont pas des institutions puissantes. De ce fait, des alliances fragiles se font et se défont à tout moment. Au sein du parlement, beaucoup de choses se décident sous l’impulsion de deux personnalités ultraconservatrices, Ahmad Tavakkoli et Mohammad-Reza Bahanor. Bien qu’ils soient dans le même camp ultra-conservateur, ils apparaissent davantage comme des rivaux que comme des partenaires.

7,062FansLike
1,156FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Alors que les manifestations se poursuivent, le régime iranien se délite

Le monde a été captivé par la bravoure et la résistance des manifestants iraniens, en particulier les jeunes générations...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous