IranIran (actualité)Iran-GB : Un rassemblement d’avocats britanniques en soutien aux...

Iran-GB : Un rassemblement d’avocats britanniques en soutien aux opposants iraniens

-

Iran Focus, Londres, 1 février – Un groupe de parlementaires britanniques et de juristes de renom ont appelé le gouvernement britannique à arrêter sa politique de complaisance avec le gouvernement du président ultra conservateur Mahmoud Ahmadinejad et à ne plus considérer le principal groupe iranien d’opposition comme une organisation terroriste.
Des dizaines d’intervenants se sont exprimés lors d’une conférence organisée par le Comité parlementaire britannique pour la Liberté en Iran et intitulée « Réponse à la menace nucléaire et terroriste iranienne ». Ils ont demandé au gouvernement de Tony Blair de soutenir « un changement de régime démocratique en Iran ».
Les intervenants, dont le discours était en faveur du principal groupe iranien d’opposition, l’Organisation des Moudjahidine du Peuple (OMPI), ont déclaré que la proscription du mouvement était « la plus grande entrave à la mise en oeuvre de la démocratie en Iran ». Ils ont ensuite appelé le gouvernement britannique à retirer le nom du groupe de la liste des organisations terroristes. Ils ont décrit l’OMPI comme étant un « mouvement de résistance » légitime qui se battait pour la liberté en Iran. Ils ont ajouté que la décision première de proscrire ce mouvement avait des « motivations politiques ».
« Selon les preuves que j’ai examine au cours des trois à quatre dernières années, je suis surpris que l’OMPI ait toujours été frappé d’interdit, alors qu’il n’y a aucun fait justifiant une telle désignation. Les arguments pour le retrait de l’OMPI de la liste des organisations terroristes sont accablants », a déclaré au cours de la conférence Lord Slynn of Hadley, ancien juge à la Cour Européenne de Justice.
Une déclaration signée par plus de 2000 avocats britanniques été dévoilée au cours de cette conférence qui a eu lieu dans la Chambres des Lords. Cette déclaration appelait au retrait de l’OMPI de la liste des organisations terroristes et a été transmise à Charles Clarke, le ministre de l’Intérieur.
Lord Waddington, ancien ministre de l’Intérieur, figurait parmi le panel soutenant l’exigence d’une légalisation de l’existence du MeK. « La composition radicale du gouvernement actuel de l’Iran ainsi que les menaces du président iranien à l’encontre d’Israël, tout comme sa conception d’un monde islamique unifié dirigé par les mollahs iraniens, et pour finir, une guerre entre le monde islamique et l’Occident, font froid dans le dos. C’est pour cette raison que je dis que le combat du Conseil national de la Résistance iranienne pour la démocratie n’est pas seulement crucial, il aura aussi des répercussions importantes dans le reste du monde. C’est pourquoi j’insiste auprès du gouvernement pour qu’il légalise l’OMPI ».
De nombreux parlementaires se sont aussi exprimés en faveur d’un référé des dossiers de Téhéran sur le nucléaire et les Droits de l’Homme devant le Conseil de Sécurité des Nations Unis.
Le président de la réunion, Lord Corbett of Castle Vale a déclaré : « Je félicite la Grande Bretagne, la France, l’Allemagne, la Chine et la Russie pour avoir décidé le référé devant le Conseil de Sécurité de l’ONU du programme d’armement nucléaire conçu par le régime de Téhéran. cette étape représente un changement d’attitude important vis-à-vis du régime iranien. Cette étape devrait aussi mener à un changement d’attitude envers la Résistance iranienne ».
Lord Joffe, l’ancien avocat de la figure emblématique de l’Afrique du Sud, Nelson Mandela, faisait parti du panel de défenseurs des droits de l’homme. « Nous devons reconnaître la Résistance iranienne et soutenir les aspirations du peuple iranien. Le bon signal à faire parvenir au peuple iranien serait de retirer l’étiquette terroriste accolée à leur mouvement de résistance, l’OMPI ».
Joffe a ajouté qu’il ne voyait pas de différence entre le combat de l’African National Congress contre l’Apartheid en Afrique du Sud et le combat de l’OMPI contre la théocratie en Iran. La communauté internationale n’a donc aucune raison d’accorder, [aujourd’hui »>, moins de soutien à l’OMPI qu’à l’ANC dans le passé ».

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous