IranIran (actualité)L'Iran et la Syrie dans le collimateur de Bush

L’Iran et la Syrie dans le collimateur de Bush

-

AFP, Washington, 2 février – Le président George W. Bush a adressé mercredi de sévères avertissements à Téhéran et Damas, clairement désignés comme les principaux adversaires au Proche-Orient de sa politique de promotion de la démocratie et de lutte contre le terrorisme.
La Syrie mais surtout l’Iran ont été les deux pays du Proche-Orient les plus sévèrement critiqués par M. Bush dans son discours sur l’état de l’Union devant le Congrès, tandis qu’il s’est au contraire félicité de progrès enregistrés entre Israéliens et Palestiniens et qu’il a salué les ouvertures politiques dans plusieurs autres pays de la région.
Pour « promouvoir la paix dans le grand Moyen-Orient, nous devons affronter les régimes qui continuent d’abriter des terroristes et cherchent à se doter d’armes de destruction massive », a prévenu M. Bush, avant d’évoquer les cas iranien et syrien.
Le président américain s’est montré plus dur envers l’Iran, où il soutient l’opposition et le mécontentement populaire contre le régime, que la Syrie, où il appelle le pouvoir en place à des réformes.
« Au peuple iranien, je dis ce soir: vous qui voulez votre propre liberté, l’Amérique est à vos côtés », a lancé le président américain. Il n’a toutefois pas donné de précisions sur la forme que pourrait prendre ce soutien.
M. Bush a ajouté que l’Iran « restait le principal Etat dans le monde à soutenir le terrorisme » et accusé Téhéran de « vouloir se doter d’armes nucléaires tout en privant son peuple de la liberté qu’il recherche et qu’il mérite ».
Le président américain a également affirmé que les Etats-Unis « travaillaient avec leurs alliés européens pour faire savoir clairement au régime iranien qu’il devait abandonner son programme d’enrichissement d’uranium et tout retraitement du plutonium, et cesser son soutien au terrorisme ».
Le président américain faisait allusion aux efforts engagés par la France, l’Allemagne et la Grande-Bretagne pour amener Téhéran à renoncer à toute ambition nucléaire militaire, que les Etats-Unis affirment soutenir tout en se montrant sceptiques sur leurs chances de succès.
Concernant la Syrie, M. Bush a déclaré qu’il « attendait du gouvernement syrien qu’il cesse tout soutien au terrorisme et ouvre la porte à la liberté ».
Il a accusé Damas « de continuer de permettre que son territoire, et certaines parties du Liban, soient utilisés par des terroristes qui cherchent à détruire toute chance de paix dans la région ».
Washington, qui demande un retrait syrien du Liban, accuse notamment Damas de soutenir le Hezbollah chiite dans ce pays. Les Etats-Unis accusent également la Syrie de laisser des partisans de l’insurrection irakienne opérer à partir de son sol.
M. Bush a rappelé que les Congrès avait adopté une loi permettant des sanctions contre la Syrie – le Syria Accountability Act – déjà appliquée en partie depuis l’an dernier, sans indiquer si des clauses supplémentaires de la loi allaient être mises en oeuvre.
Le président américain a aussi estimé que la chute du régime de Saddam Hussein en Irak ne manquerait pas d’avoir des répercussions sur ces deux voisins. « La victoire de la liberté en Irak va (…) inspirer les réformateurs de Damas à Téhéran, amener davantage d’espoir et de progrès dans une région troublée », selon lui.
A l’inverse de l’Iran et de la Syrie, il a souligné que « des réformes pleines d’espoir sont déjà en train de prendre pied dans un arc allant du Maroc à la Jordanie et à Bahreïn ». Il a également appelé l’Egypte et l’Arabie Saoudite, deux alliés de premier plan de Washington dans cette région, à engager des réformes démocratiques.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous