IranIran (actualité)Le Conte du Serpent : Comment le venin lie...

Le Conte du Serpent : Comment le venin lie les États-Unis à l’Iran

-

En dépit des sanctions, Téhéran fournit un traitement pour les morsures toxiques de reptile aux soldats de la coalition en Afghanistan

Par Michael M. PHILLIPS et Farnaz FASSIHI

The Wall Street Journal, 3 décembre – Camp Leatherneck, Afghanistan – Les relations entre l’Iran et les Etats-Unis sont toxiques, à une exception près : un antidote pour les morsures de serpents

Dans un surprenant — et paradoxalement riche — sous-produit de la guerre en Afghanistan, le Pentagone se trouve dépendant d’un organe de recherche scientifique du gouvernement iranien pour le traitement des morsures de cobra Oxus, de vipères de mine d’Haly et autres serpents propres aux champs de bataille de l’Asie du sud-ouest.

En dépit des sanctions internationales dirigées par les Etats-Unis et conçues pour paralyser le commerce de l’Iran avec le monde extérieur, le Département de la Défense achète les médicaments par un intermédiaire, avec des commandes totalisant 115 fioles à 310 $ l’unité, depuis janvier 2011.

Une directive médicale du commandement central américain dit que les médicaments fabriqués par l’Institut de recherche de vaccins et de sérums Razi, « devrait être la première ligne de la thérapie anti-venin » parce qu’ils luttent contre les venins des serpents afghans les plus communs, a déclaré un officier américain qui l’a lue.

L’office de l’alimentation et des médicaments américain (FDA) considère l’anti venin Razi comme un médicament expérimental et exige que les médecins militaires rédigent un rapport chaque fois qu’ils l’utilisent. Les anti venins approuvés par le FDA ne marchent pas sur les morsures de serpents afghans parce qu’ils sont fabriqués à partir de venin de serpent issues des espèces américaines, disent les médecins militaires.

Pour leur part, les Iraniens affirment être prêts à vendre des médicaments Razi à tout le monde. «Nous faisons cela pour sauver des vies, et cela n’a pas d’importance si la personne est iranienne, afghane ou américaine », a déclaré Hadi Zareh, chercheur de premier plan du département antivenin de Razi. « Nous sommes heureux d’apprendre que nous avons sauvé la vie d’une personne, même d’un soldat américain ».

Pressés par les questions du Wall Street Journal, les avocats du Pentagone examinent si les achats violent les sanctions et exigent une dispense du Département du Trésor américain. « Nous travaillons avec le Département de la Défense pour confirmer les détails de ces achats afin de nous assurer de leur conformité » avec les sanctions, a déclaré un porte-parole du Trésor.

M. Zareh a déclaré que la campagne des sanctions menées par les Etats Unis, pour dissuader l’Iran de se doter d’armes nucléaires, a eu pour effet secondaire de rendre plus difficile à Razi la production justement des médicaments qu’achète l’armée américaine. L’institut, a-t-il déclaré dans une interview, rencontre « beaucoup de difficultés pour acheter des produits chimiques destinés aux laboratoires et les quelques équipements dont nous avons besoin. Les prix ont également augmenté à cause des sanctions ».

Il existe 13 espèces de serpents venimeux en Afghanistan, dont beaucoup se trouvent aussi en Iran. Il y a le cobra Oxus, qui peut être agressif lorsqu’il protège un nid. «Quand ils mordent ils ne lâchent pas et mâchent sauvagement», a prévenu le Service de Santé publique de l’armée sur des affiches accrochées autour des bases en Afghanistan. La vipère de mine d’Haly a des crocs tubulaires qui se replient dans la mâchoire. Non traité, son venin provoque des douleurs, des cloques, des hémorragies et « la digestion des tissus autour de la plaie », avertit l’armée. La vipère Levantine est «imprévisible et elle peut frapper rapidement et sauvagement à tout moment», dit l’armée. Les vipères écaillées Saw sont «extrêmement colériques» et, si elles filent généralement pour éviter un affrontement, « on les a signalées pourchassant des victimes avec agressivité.

«Si un patient arrive et que je ne sait pas quel serpent l’a mordu je lui donne de l’antivenin Razi », a déclaré le lieutenant-colonel Cheikh Aatif, le principal pharmacien de l’armée à la base aérienne de Bagram, une importante base américaine à l’extérieur de Kaboul .

Les affiches d’avertissement de l’Armée encouragent les troupes à pratiquer les gestes corrects contre les serpents, comme secouer la literie et les vêtements avant de les utiliser. Les affiches présentent des bras, des pieds et des mains noires de chair nécrosée par le venin.

Les médecins disent que dans le cas d’une morsure grave, il est urgent de fournir un traitement dans l’heure afin d’éviter la dégradation des tissus. D’autres effets comprennent une hémorragie, un affaissement du visage, une vision double et la paralysie, ce qui entraîne dans les cas sévères, une insuffisance respiratoire et la mort.

Razi a été fondée en 1924 pour fabriquer des vaccins pour le bétail, opérant sous la direction du ministère iranien de l’agriculture. Trois décennies plus tard, les chercheurs se sont lancés dans des anti venins pour traiter les blessures de serpents et de scorpions. Razi, une organisation respectée ayant des liens avec l’Organisation Mondiale de la Santé, fabrique environ 95.000 ampoules d’anti venin de serpent et de scorpion par an. Il est actuellement à la recherche d’un antidote pour les morsures d’araignées.

L’institut avait pour habitude de garder des nids de serpents sur le site. Désormais il pratique la capture et l’extraction du venin avant de libérer les reptiles. Une équipe de Razi extrait le venin et remet les serpents en liberté pour conserver la population sauvage, a dit M. Zareh.

Les techniciens injectent une dose minuscule de venin dans l’un des 200 chevaux de l’institut. Les chevaux produisent des anticorps dans leur sang, que les techniciens ensuite affinent alors en anti venins. Les sérums antivenimeux américains ne fonctionneront pas en Afghanistan parce qu’ils ne sont pas fabriqués à partir d’espèces afghanes.

La pharmacie de l’hôpital britannique de Camp Bastion, à côté de la base américaine des marines de Camp Leatherneck dans le sud de l’Afghanistan, stocke des anti venins indiens et français, ainsi que des médicaments Razi.

« L’anti venin iranien est le meilleur, et nos gars méritent le meilleur », a déclaré le Colonel Rob Russell, le directeur médical de l’hôpital.

Le colonel Russell dit que parmi les 9.500 soldats britanniques en Afghanistan, seuls quelques uns souffrent de morsures de serpent ou de piqures de scorpion, chaque année.

« Beaucoup de types qui ont été mordus, ont [déconné] avec un serpent », a-t-il dit. Les médecins militaires américains en Afghanistan ont administré 21 doses de sérum antivenimeux Razi depuis janvier 2011, tous à des enfants afghans, déclarent les rapports militaires. Le médicament est habituellement administré par une perfusion saline. Les enfants ont survécu.

Les médecins militaires américains exhortent les soldats à tenter d’identifier le reptile agressif, en prenant le plus de précautions possibles. « Si le serpent est mort, ils sont invités à apporter avec eux le serpent », a déclaré le lieutenant-colonel Cheikh, le pharmacien. « Mais il ne faut pas poursuivre le serpent ».

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous