IranIran (actualité)Il est temps pour l’occident d’élever la voix contre...

Il est temps pour l’occident d’élever la voix contre les violations des droits humains du régime iranien

-

Par La Baronne Muriel Turner Of Camden

dailymail.co.uk, 4 décembre – L’Iran reste en tête des nouvelles dans le monde, accrochant les titres avec ses ambitions nucléaires, sa rhétorique incendiaire et ses ingérences régionales.

Le régime iranien continue de faire l’objet de bien des discussions et débats, mais peu d’attention est accordée à la dynamique interne de l’Iran, en particulier les mesures de répression brutale contre les dissidents et l’épouvantable bilan des droits de l’homme.

Les militants iraniens sur le terrain ont dû se battre pour faire entendre leur voix. Il a fallu l’assassinat choquant du blogueur iranien Sattar Beheshti pour que le monde prête attention aux crimes de la République islamique. Beheshti avait été arrêté par la cyberpolice iranienne et il est mort en détention, des suites, selon la rumeur, de terribles tortures. La mort de Beheshti montre la réalité que vivent de nombreux Iraniens quand ils s’expriment contre le régime.

Le cas de l’avocate iranienne des droits humains, Nasrine Sotoudeh, est également à noter. Sotoudeh est incarcérée depuis 2010, et mène une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention. En tant qu’avocate, elle a défendu des dissidents accusés de crimes contre l’Etat, avant qu’elle-même ait été arrêtée et inculpée. Le prix européen Sakharov des droits de l’homme et de la liberté de pensée lui a été récemment décerné par le Parlement européen, mais elle demeure incarcérée et coupée du monde extérieur.

L’Iran poursuit une politique de poigne de fer contre les opposants, dans l’espoir d’étouffer l’agitation intérieure face à l’hyperinflation, l’économie chancelante et des sentiments anti-régime croissants. Jusqu’à présent, le régime a rapporté 260 exécutions en Iran, mais les chiffres réels sont probablement plus élevés, et le régime continue d’exécuter un grand nombre de personnes, en secret.

Le recours aux exécutions publiques est une tactique manifeste visant à terroriser la population, et le processus judiciaire arbitraire appliqué aux prisonniers politiques est une claire indication du désespoir du régime devant maintenir un climat de peur et de répression en Iran. Un rapport de l’ONU sur les exécutions iraniennes rédigé par un rapporteur spécial des droits de l’homme et la situation en Iran, déclare : « Un grand nombre de personnes condamnées à mort ont été reconnues coupables en l’absence de normes de procès équitable. »

Nasrine Sotoudeh est incarcérée depuis 2010 et fait actuellement une grève de la faim pour protester contre ses conditions de détention.

Le cas de Gholamreza Khosravi illustre le caractère arbitraire du système judiciaire et les mauvais traitements des prisonniers politiques.

Khosravi a été arrêté en 2008 par le ministère du Renseignement et a été condamné à une peine de prison de six ans pour avoir fourni un soutien à l’Organisation des Moudjahidines du peuple d’Iran (OMPI) – la plus grande organisation d’opposition iranienne.
Durant toute cette période Khosravi a été torturé et soumis à un traitement extrêmement dur en isolement, pendant 40 mois.

Khosravi s’est vu refuser une procédure régulière ou un semblant de procès équitable, tout en étant soumis aux formes les plus brutales de torture et d’isolement en détention.

Après deux nouveaux procès, Khosravi a été condamné à mort sur la nouvelle accusation d’ «hostilité contre Dieu» (mohareb), à cause de ses liens présumés avec l’OMPI. Il reste dans le couloir de la mort et attend son exécution imminente.

Depuis 2009, la majorité des prisonniers politiques exécutés par le régime ont été affiliés à l’OMPI,  le régime redoutant la capacité de l’organisation à fomenter des troubles et à organiser des manifestations.

En fait, depuis que le régime a commencé son règne de terreur en 1979, des dizaines de milliers de membres de l’OMPI ont été arrêtés, torturés et exécutés en Iran.

La semaine dernière, le troisième Comité de l’Assemblée générale des Nations Unies a condamné l’Iran pour ses violations massives des droits de l’homme, citant « le recours continu alarmant à haute fréquence de la peine de mort (en Iran) en l’absence de garanties internationalement reconnues, y compris une augmentation du nombre d’exécutions publiques ».

Il est temps pour le monde de regarder au-delà du programme nucléaire de l’Iran et du discours haineux du régime pour reconnaître les souffrances du peuple iranien et sa lutte pour la liberté contre l’un des régimes les plus répressifs au monde.

En fait, comme Mme Maryam Radjavi, dirigeante de la résistance iranienne l’a souligné, au moment où le régime iranien, face à la montée des crises internes et internationales et à son isolement, intensifie la répression, la torture et le meurtre à des niveaux sans précédent, de simples résolutions de condamnation ne suffisent plus.

Le régime des mollahs doit être tenu pour responsable et doit être isolé de la communauté internationale.

Il est temps de renvoyer le bilan des droits de l’homme du régime au Conseil de Sécurité des Nations Unies, pour appliquer des sanctions générales contre le régime et faire juger ses dirigeants.

De telles initiatives permettront d’envoyer un message fort et efficace au fascisme religieux au pouvoir d’une part, et à ses victimes et aux Iraniens d’autre part, comme quoi la communauté internationale a mis fin au silence et à l’inaction vis-à-vis de cette dictature.

Pour ceux qui passent leurs journées et leurs nuits en prison, leur seul espoir est que leur appel à la liberté soit entendu par la communauté internationale.

La Baronne Muriel Turner of Camden a été Vice-présidente de la Chambre des Lords britannique jusqu’en 2008. Elle est un membre éminent du Comité parlementaire britannique pour la liberté en Iran.

http://www.dailymail.co.uk/debate/article-2243012/It-time-Western-Governments-raise-voices-Iran-regimes-human-rights-abuses.html?ito=feeds-newsxml

 

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous