IranNucléaireL’UE doit s’attaquer au terrorisme et aux violations des...

L’UE doit s’attaquer au terrorisme et aux violations des droits de l’homme du régime iranien lors des pourparlers sur le nucléaire

-

Les ministres des Affaires étrangères des pays participant à l’accord sur le nucléaire iranien de 2015 ont tenu une réunion virtuelle lundi pour discuter des perspectives de sauvetage de l’accord en ramenant les États-Unis à bord après la transition présidentielle du 20 janvier.

Bien qu’il s’agisse de la première réunion de ce type de ces hauts fonctionnaires en plus d’un an, elle n’a marqué aucun changement de stratégie significatif pour aucun des six pays concernés. Alors que la Russie et la Chine continuent d’appuyer fermement la République islamique, les trois signataires européens refusent toujours de défier le gouvernement théocratique iranien de quelque manière que ce soit.

Les ministres des Affaires étrangères britannique, français et allemand ont essentiellement profité de la réunion pour implorer la patience du régime en Iran, en prévision du retour des États-Unis à la politique de fermeté adoptée par l’administration Trump et de la reprise d’une stratégie qui correspond étroitement à la conciliation proposée par l’Europe. Alors que les États-Unis ont appelé à une «pression maximale» sur le gouvernement iranien au cours des deux dernières années et demie, l’Union européenne n’a imposé aucune nouvelle conséquence pour des activités malveillantes, même lorsque la République islamique a cessé de se conformer complètement au Plan d’action global conjoint (JCPOA).

Il est difficile de voir quelle incitation Téhéran aurait pour se conformer aux demandes occidentales dans ces circonstances. Et même si c’était le cas, les changements pertinents seraient limités à l’activité dans le domaine nucléaire. La réunion de lundi a effectivement donné aux ayatollahs un laissez-passer gratuit pour continuer leurs provocations et abus dans d’autres domaines, et elle a suggéré qu’ils subiraient peu ou pas de conséquences tant que le JCPOA resterait techniquement en vigueur.

Même si les signataires européens ont insisté pour rejeter le point de vue américain sur le JCPOA, ils ont eu de nombreuses occasions d’approuver l’objectif plus large qui le sous-tend. Les questions que les ministres des Affaires étrangères de Grande-Bretagne, de France et d’Allemagne ont négligées sont multiples, et elles auraient dû être au premier plan des discussions politiques pour tout employé d’un bureau des Affaires étrangères occidental, en particulier les ministres des Affaires étrangères.

Moins d’un mois avant cette réunion, un procès a débuté devant un tribunal belge pour quatre agents du gouvernement iranien, dont un diplomate de haut rang qui a servi de troisième conseiller à l’ambassade à Vienne jusqu’à son arrestation en Allemagne en juillet 2018. Cet individu, Assadollah Assadi, aurait été le cerveau d’un complot terroriste qui aurait vu des explosifs exploser lors d’un rassemblement d’expatriés iraniens et de leurs partisans politiques au cœur de l’Europe.

Un verdict dans cette affaire est attendu avant la fin du mois de janvier, et Assadi risque 20 ans de prison pour tentative de meurtre terroriste. Il est le premier diplomate iranien à être officiellement poursuivi dans une telle affaire, bien qu’il ne soit en aucun cas le premier à être accusé d’avoir des liens avec des agents et des opérations terroristes.

Néanmoins, l’affaire a reçu peu d’attention de la part des décideurs politiques occidentaux, qui semblent généralement disposés à laisser le processus juridique suivre son cours et à en rester là.

Cette attitude ignore essentiellement les contributions des procureurs belges qui ont constamment souligné que le complot terroriste de 2018 avait été entrepris sur ordre des hauts responsables de la hiérarchie du gouvernement iranien. Ainsi, il envoie un message à ce gouvernement qu’il ne subira aucune conséquence pour les décisions qui auraient pu entraîner la mort de nombreuses personne.

Cela invite essentiellement les ayatollahs à récidiver. En fait, il y a de bonnes raisons de croire que Téhéran prendra cette invitation encore plus au sérieux à la suite de la réunion de lundi, qui impliquait un dialogue amical entre le ministre des Affaires étrangères Javad Zarif et ses homologues européens.

En tant que principal diplomate iranien, Zarif est le superviseur direct d’Assadi et d’autres diplomates iraniens ayant des liens présumés avec le terrorisme. Pour Téhéran, il est sûr de supposer que si les responsables occidentaux n’ont même pas un mot sévère à lui dire sur un sujet autre que le JCPOA, leurs politiques ne seront pas plus fermes envers le régime dans son ensemble.

Si cette hypothèse n’est pas contestée en ce qui concerne le terrorisme iranien à l’étranger, elle encouragera sûrement les ayatollahs quant à leur impunité dans les affaires intérieures. Et contrairement aux récentes menaces iraniennes contre les citoyens européens, les conséquences de cette impunité perçue ne sont pas seulement théoriques.

Plusieurs centaines d’activistes et de dissidents iraniens ont été tués au cours des trois dernières années, alors que la République islamique traversait une période de troubles intérieurs pratiquement sans précédent.

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous