IranNucléaireL’Iran menace le monde démocratique, selon Merkel

L’Iran menace le monde démocratique, selon Merkel

-

Reuters, Jérusalem – De Louis Charbonneau – La chancelière allemande Angela Merkel a profité de sa première visite dimanche en Israël pour délivrer une critique véhémente de l’Iran, qui selon elle menace non seulement l’État juif mais aussi le monde démocratique tout entier.

Merkel s’est exprimée après sa réunion avec le Premier ministre par intérim Ehud Olmert qui a communiqué les craintes d’Israël au sujet du programme nucléaire de l’Iran. Israël, les États-Unis et l’Union Européenne accusent l’Iran de tenter de fabriquer une bombe atomique. Téhéran nie ces accusations.

« L’Iran n’est pas seulement une menace pour Israël, mais pour les pays démocratiques de ce monde », a déclaré Merkel.

Elle a affirmé que l’Allemagne et Israël étaient parfaitement d’accord sur le fait que Téhéran projette de produire du combustible nucléaire en enrichissant de l’uranium, procédé de purification d’uranium utilisé dans les centrales nucléaires ou pour le développement d’armes.

« Je ne vois pas la moindre divergence d’opinion entre l’Allemagne et Israël », a affirmé Merkel. « Il est évident que l’Iran ne doit pas obtenir la capacité d’enrichir de l’uranium. »

Israël considère le programme nucléaire comme une menace à son existence et a même suggéré l’usage de la force militaire afin d’empêcher Téhéran d’obtenir la bombe.

Les 3E se sont joints à Washington pour demander au Conseil de Sécurité des Nations Unies, qui a le pouvoir d’imposer des sanctions, de prendre le dossier en charge. Il est prévu que lundi, les hauts responsables des 3E rencontrent à Londres leurs collègues américains, russes et chinois pour discuter de l’Iran.

CONFLIT NUCLEAIRE

Le même jour, l’Iran va rencontrer à Bruxelles des diplomates de Grande-Bretagne, de France et d’Allemagne, a annoncé le porte-parole du ministère des Affaires Étrangères de Téhéran.

Dimanche, l’Iran a insisté sur le fait que l’unique solution au conflit nucléaire avec l’Occident était la négociation et non un renvoi de son dossier atomique devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies.

« La seule manière d’arriver à un accord et de sortir de la situation actuelle est la discussion », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires Étrangères, Hamid Reza Asefi, lors de sa conférence de presse hebdomadaire à Téhéran.

La secrétaire d’État américaine, Condoleezza Rice, en route pour Londres, s’est adressée à la presse et a déclaré que le meeting prévu lundi dans la capitale britannique s’intéressera à plusieurs sujets, dont le renvoi de l’Iran devant le Conseil ainsi que la proposition de compromis russe qui consiste à enrichir de l’uranium en Russie pour le compte de l’Iran.

Rice a expliqué que la proposition russe était restée à l’ordre du jour pendant un certain temps et qu’il était intéressant de constater que les Iraniens étaient de plus en plus intéressés par cette offre plus l’éventualité d’un vote renvoyant Téhéran devant le Conseil de Sécurité se précisait.

« Je pense que cela nous dit bien des choses sur l’intérêt réel des Iraniens dans la proposition russe », a-t-elle dit.

Olmert a remercié Merkel pour son soutien à Israël sur la question du programme nucléaire iranien : « C’est un sujet qui soulève bon nombre d’inquiétudes ici en Israël ».

Olmert, qui assume la fonction de premier ministre depuis qu’Ariel Sharon a subi une attaque cérébrale sérieuse le 4 janvier, a également remercié la chancelière allemande pour avoir évité de rencontrer le Hamas, groupe islamiste militant, qui a remporté les élections cette semaine dans les territoires palestiniens.

Bien que Merkel ne rencontrera pas le Hamas, une entrevue est prévue lundi avec le président palestinien Mahmoud Abbas à Ramallah, ville côtière de l’ouest du pays. Elle sera ainsi le premier chef d’État de l’UE à se rendre dans les territoires palestiniens depuis l’élection.

La charte du Hamas appelle à la destruction de l’État juif et le groupe a à son actif presque 60 attentats-suicides en Israël depuis le début du soulèvement palestinien en 2000.

7,062FansLike
1,180FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Pour rester au pouvoir, le régime iranien liquide les biens nationaux

Pendant plusieurs décennies, le chef suprême des mollahs, Ali Khamenei, a dilapidé les ressources et les richesses de l'Iran...

Le monde doit reconnaître le droit du peuple iranien à l’autodéfense

Victor Hugo a dit un jour : "Quand la dictature est un fait, la révolution devient un droit." Tout...

Iran : 60 % de la population est pauvre

Les paniers de subsistance du peuple iranien se réduisent considérablement. Ceci, à son tour, a introduit de nouvelles préoccupations...

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du scandale de Qatargate. Le scandale de corruption de Qatargate, pour...

L’éventuelle inscription des pasdaran sur la liste des organisations terroristes effraie le régime iranien

Jeudi, le Parlement européen a adopté une résolution appelant à des pressions supplémentaires sur le régime iranien, notamment la...

Comment la censure d’Internet nuit à l’économie iranienne

Alors qu'au cours des quatre derniers mois, l'accès à Internet en Iran a été coupé ou sévèrement limité, le...

Doit lire

Eldar Mamedov, un conseiller de Bruxelles ou un ami du régime en Iran

Eldar Mamedov a été l'un des principaux acteurs du...

Iran : Un régime effondré et ses forces démoralisées

Il ne fait aucun doute que le régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous