IranNucléaireIran-Nucléaire : Berlin lance un ultime appel à Téhéran

Iran-Nucléaire : Berlin lance un ultime appel à Téhéran

-

Reuters, Berlin, 14 octobre – par Louis Charbonneau – Le chef de la diplomatie allemande a lancé samedi un ultime appel à l’Iran en faveur d’une suspension de ses travaux d’enrichissement d’uranium et d’un retour à la table des négociations, affirmant qu’il n’était pas trop tard pour que Téhéran évite des sanctions de l’Onu.

Si les Iraniens continuent à faire la sourde oreille, les 25 ministres des Affaires étrangères de l’Union européenne, qui se réunissent mardi, devraient demander au Conseil de sécurité des Nations unies de décider des sanctions, a déclaré Frank-Walter Steinmeier.

« Nous avons dit clairement que notre offre de coopération avec l’Iran était toujours valable », a-t-il souligné sur RBB-Inforadio.

« Nous sommes disposés à revenir à tout moment à la table de négociation si l’Iran est prêt à accepter les conditions que nous avons posées », a ajouté le ministre allemand.

L’Iran dément vouloir, à travers l’enrichissement d’uranium, se doter de l’arme atomique et souligne que ses recherches portent sur un programme exclusivement civil.

« En ce moment, il n’y a pas moyen de négocier avec l’Iran en ayant quelque chance de succès », a reconnu le chef de la diplomatie allemande.

RIPOSTE GRADUÉE ?

En juin, l’Allemagne et les cinq membres permanents du Conseil de sécurité – Chine, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne et Russie – ont vainement présenté aux Iraniens une série de mesures pour les inciter à suspendre leurs opérations d’enrichissement d’uranium.

Les Six doivent toujours s’accorder sur le détail et l’étendue des sanctions qui pourraient être imposées mais Steinmeier s’est dit confiant de pouvoir trouver un terrain d’entente. Une liste de mesures possibles a déjà été présentée sur laquelle un accord s’est dégagé, a-t-il dit.

Il s’agit notamment d’interdire l’entrée de responsables, diplomates ou scientifiques iraniens dans les pays étrangers, de geler les avoirs de certaines personnes ou sociétés et d’imposer un embargo sur le matériel qui pourrait servir au programme nucléaire et à l’industrie d’armement de l’Iran, pour les missiles notamment.

Les Etats-Unis, qui interdisent déjà pratiquement tout échange commercial avec l’Iran, souhaitent que la communauté internationale suive leur exemple. Mais certains de leurs partenaires, comme la Chine et la Russie, seraient favorables à une « riposte graduée », dit-on de source diplomatique.

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous