IranNucléaireLe chef de l'AIEA souhaite "désamorcer la confrontation" avec...

Le chef de l’AIEA souhaite « désamorcer la confrontation » avec l’Iran

-

AFP, Vienne, 11 juin – Par Michael Adler – Le directeur de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) Mohamed ElBaradei a souhaité que l’on « désamorce la confrontation » avec l’Iran sur ses ambitions nucléaires, au premier jour d’une conférence de l’agence onusienne lundi à Vienne.

« Je suis de plus en plus perturbé par l’impasse actuelle et la menace d’une confrontation — une impasse à laquelle il faut rapidement mettre fin et une confrontation qui doit être désamorcée », a déclaré M. ElBaradei à l’ouverture de la réunion du conseil des gouverneurs des 35 pays membres de l’AIEA à Vienne.

Mohamed ElBaradei doit évoquer lors de cette réunion son rapport du mois dernier établissant que l’Iran continuait à développer sa filière d’enrichissement d’uranium, en dépit de deux résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU sanctionnant ces activités. Et cette réunion pourrait ouvrir la voie à une troisième série de sanctions internationales contre Téhéran.

La communauté internationale met en doute le caractère pacifique du programme nucléaire de Téhéran et soupçonne qu’il est destiné à doter la République islamique d’armes nucléaires.

Washington a réitéré vouloir trouver une solution diplomatique à la crise mais n’a pas complètement exclu une intervention militaire. Des forces navales américaines ont déjà pris position dans le Golfe récemment.

M. ElBaradei a rappelé qu’il continuait « à croire que le dialogue et la diplomatie sont, en fin de compte, le seul moyen de trouver la solution négociée envisagée dans les résolutions du Conseil de Sécurité » de l’ONU sur ce problème.

Parallèlement à la réunion de l’AIEA, de hauts responsables iranien et européen ont tenté lundi à Vienne d’avancer justement sur la voie d’une issue négociée à la crise.

L’un des principaux négociateurs iraniens sur le dossier nucléaire, Javad Vaïdi, s’est entretenu pendant près de 4 heures 30 au ministère autrichien des Affaires étrangères avec Robert Cooper, l’adjoint du Haut représentant de l’Union européenne pour la diplomatie, Javier Solana.

Le négociateur iranien en chef, Ali Larijani, et M. Solana se sont entretenus ces derniers mois à plusieurs reprises pour tenter de désamorcer la crise. M. Larijani avait promis des mesures visant à instaurer la confiance, ont rappelé des diplomates occidentaux.

L’entretien de leurs adjoints à Vienne devait servir à préparer la prochaine réunion des deux responsables. Cependant, ni M. Vaïdi, ni M. Cooper n’ont révélé la date ou le lieu de cette prochaine rencontre.

Tous deux ont fait état, en des termes similaires, de « progrès » lors de leurs discussions lundi, ajoutant qu’il « ne fallait pas attendre de miracle ».

Une rencontre entre M. Vaïdi et M. ElBaradei a toutefois été annulée vendredi par l’AIEA, car, selon un diplomate, « les Iraniens n’étaient pas prêts à ce stade à parler du fond » de possibles implications militaires de leur programme.

Selon cette source, le mandat des négociateurs iraniens était en train d’être réduit par le président ultraconservateur Mahmoud Ahmadinejad, qui a récemment affirmé qu’il était désormais « trop tard » pour arrêter le programme nucléaire iranien.

Le Conseil de sécurité a déjà imposé des sanctions à deux reprises contre l’Iran pour l’obliger à cesser ses activités d’enrichissement de l’uranium, un procédé qui permet de produire du combustible pour les centrales nucléaires mais qui entre aussi dans la fabrication d’armes atomiques.

Mais, selon M. ElBaradei, « les faits sur place indiquent que l’Iran poursuit le perfectionnement de ses connaissances en matière d’enrichissement et qu’il étend la capacité de ses installations d’enrichissement » à Natanz.

Selon un haut responsable de l’AIEA, les Iraniens pourraient faire fonctionner 3.000 centrifugeuses d’ici fin juin, ce qui leur fournirait la capacité de produire une bombe nucléaire en un peu moins d’un an.

7,062FansLike
1,161FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous