IranNucléaireIran : Kouchner chahuté et cajolé à Washington

Iran : Kouchner chahuté et cajolé à Washington

-

Le Figaro, 22 septembre – Le ministre des Affaires étrangères a peiné à expliquer la position française, en défendant une ligne dure contre Téhéran tout en niant un alignement sur les États-Unis.

IL AURA fallu que Bernard Kouchner devienne ministre sous la présidence de Nicolas Sarkozy pour qu’il se fasse huer par des pacifistes dans la capitale de George W. Bush. Ce retournement de situation, quatre ans après les attaques américaines contre la « trahison » de la France dans la crise irakienne, n’a pas suffi à déstabiliser le militant humanitaire, codépositaire du prix Nobel de la paix avec Médecins sans frontières. Mais il a mis en lumière les nouveaux défis d’une diplomatie qui veut jouer l’alliance avec les États-Unis sans s’aligner.

Le mot de « guerre », prononcé dimanche dernier pour décrire « le pire » auquel « il faut se préparer » avec l’Iran, a poursuivi Bernard Kouchner pendant les deux jours de sa première visite officielle à Washington. Il a déclenché les protestations de militantes pacifistes lors d’un discours prononcé jeudi devant le Centre d’études stratégiques internationales (CSIS).

Il promettait de lui valoir une réception beaucoup plus chaleureuse hier à la Maison-Blanche, puis au département d’État par son homologue Condoleezza Rice (dans la soirée, heure française). Un mot que « n’aurait pas utilisé » le président de la République, lequel a pourtant évoqué, le mois dernier, le risque de « bombardement » de l’Iran, « ce qui n’est pas si éloigné », glisse Kouchner. Un mot si souvent resservi au chef de la diplomatie qu’il finit par ne plus le prononcer, disant « le mot » à la place. Reste que ces jeux sémantiques ne clarifient pas la position de la France. « Il faut s’intéresser aux réalités, pas aux mots seuls, proteste Bernard Kouchner devant les journalistes. Moi je suis un pacifiste, et je n’ai pas peur des mots. »

« Va-t-en-guerre sans frontières »

Un peu plus tôt, au milieu de l’assistance polie du CSIS, une poignée de militantes de Codepink, mouvement féministe surtout actif contre la guerre en Irak, avait brandi des banderoles : « Bush + Kouchner = va-t-en-guerre sans frontières ». Lorsqu’elles scandent « Non à la guerre avec l’Iran ! », le ministre s’avance : « Mais je suis d’accord, idiotes ! Elles ont raison de manifester, laissez-les venir », dit-il aux agents de sécurité.

Il faut l’intervention d’un de ses collaborateurs pour que les protestataires assistent à la suite du discours. Mais cette suite ne leur plaît guère, notamment lorsque le ministre français prône un durcissement des sanctions contre Téhéran, sans quoi « le dialogue équivaut à de la faiblesse ». Une militante se lève : « Quel genre de médecin veut priver les enfants de médicaments ? » Le discours du ministre conjugue les promesses de dialogue avec la plus grande fermeté : « Un Iran doté de l’arme atomique est une perspective inacceptable pour nous. (…) Ils cherchent à gagner du temps. (…) Téhéran a choisi d’affronter la communauté internationale, ce choix nous force à augmenter la pression. » Lors d’un point de presse, il en rajoute : « La situation est très dangereuse, elle s’est terriblement dégradée, les troubles dans cette région sont massifs, il y a des épisodes qui font froid dans le dos. »

En même temps, Kouchner assure que la démarche française est « beaucoup moins abrupte » que celle des Américains, qui, sans parler de guerre, maintiennent « toutes les options sur la table. » « La France n’a pas de goût pour ces options-là », assure le ministre. Il critique aussi le projet de mise à l’index des gardiens de la révolution : « Déclarer une organisation terroriste, c’est s’interdire de parler avec elle. » À Téhéran de décrypter quelle serait la position de la France si d’aventure la diplomatie échouait : « Nous ne prenons pas d’ordres à Washington », tranche Bernard Kouchner.

7,062FansLike
1,158FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous