IranNucléaireIran: la justice disculpe l'ex-négociateur nucléaire et prend le...

Iran: la justice disculpe l’ex-négociateur nucléaire et prend le contre-pied d’Ahmadinejad

-

AFP, Téhéran, 27 novembre – La justice iranienne a annoncé mardi la fin des poursuites pour espionnage contre Hossein Moussavian, porte-parole de l’ancienne équipe des négociateurs du nucléaire et proche des modérés du régime, prenant le contre-pied du gouvernement du président Mahmoud Ahmadinejad.

« Il était accusé d’espionnage, de possession de documents secrets et de propagande contre le régime. Il a été reconnu innocent des deux premiers chefs d’accusation et coupable du troisième », a déclaré Alireza Jamshidi, porte-parole de la justice, lors de son point de presse hebdomadaire.

Il a toutefois ajouté que « le procureur pourrait donner un avis contraire et dans ce cas, l’affaire ira devant le tribunal et il reviendra au juge de se prononcer ».

Un peu plus tôt mardi, le porte-parole du gouvernement, Gholamhossein Elham, a demandé un « procès public pour juger l’espion nucléaire », illustrant clairement les divergences dans cette affaire entre le gouvernement et le pouvoir judiciaire.

« La justice et les juges sont indépendants et nous pensons qu’il faut organiser un procès public pour l’espion nucléaire pour que tout soit éclairci », a dit M. Elham.

L’affaire souligne les tensions croissantes entre le président Mahmoud Ahmadinejad et ses adversaires politiques, dont M. Moussavian est proche.

Après l’annonce de l’acquittement de M. Moussavian, des étudiants islamistes de l’université Sciences et Industrie ont annoncé un rassemblement devant le siège de la justice pour protester contre cette décision.
M. Moussavian faisait partie de l’équipe des négociateurs du nucléaire dirigée par Hassan Rohani, qui a été remplacée en 2005 avec l’arrivée au pouvoir de M. Ahmadinejad.

Il faisait l’objet d’une enquête après avoir été interpellé quelques jours en mai. Il avait été ensuite libéré sous caution.

Le président Mahmoud Ahmadinejad avait accusé en septembre puis de nouveau à la mi-novembre ses adversaires politiques de faire pression sur le juge chargé du dossier de M. Moussavian pour obtenir sa libération.

M. Moussavian est réputé proche de l’ex-président Akbar Hachémi Rafsandjani, un conservateur pragmatique, mais aussi de l’ancien président réformateur Mohammad Khatami.

MM. Rafsandjani et Khatami ont récemment critiqué à mots couverts la politique de M. Ahmadinejad.

« Les traîtres ont fait pression sur le juge dans une affaire pour acquitter un espion. La nation iranienne ne permettra pas à certains de sauver les coupables de la vengeance populaire en usant de leur influence économique et politique », avait déclaré M. Ahmadinejad.

Le ministre des Renseignements Gholamhossein Mohseni-Ejeie avait pris le parti de M. Ahmadinejad sur ce point en affirmant que : « Plusieurs personnes influentes ont demandé au juge de relaxer » M. Moussavian.

Il avait ensuite chargé l’intéressé le 14 novembre, en assurant que M. Moussavian avait fourni à des étrangers, notamment à l’ambassade britannique, des informations contraires aux intérêts et à la sécurité nationale.

« Cette accusation lui a été notifiée dès le premier jour et, pour le ministère des Renseignements, elle a été prouvée », avait-il ajouté, en estimant que M. Moussavian « était coupable » mais qu’il appartenait au juge d’en décider.

M. Moussavian était apparu le 12 novembre aux côtés de M. Rafsandjani lors d’une réunion où ce dernier avait critiqué implicitement la politique nucléaire du président Ahmadinejad. Il avait averti de l’existence d’un « grave danger » pour le pays, contrairement aux assurances fournies par le président.

7,062FansLike
1,160FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous