IranNucléaireL'Iran dit ne plus pouvoir renoncer à enrichir l'uranium

L’Iran dit ne plus pouvoir renoncer à enrichir l’uranium

-

AFP, Téhéran, 7 février – L’Iran a persisté lundi dans son refus de renoncer définitivement à enrichir l’uranium, au moment où il entre avec l’Europe dans une phase de discussions cruciale à ses yeux, sur les garanties à donner qu’il ne cherche pas à avoir l’arme nucléaire.
L’un des principaux négociateurs iraniens, Sirous Nasseri, a déclaré sur la télévision d’Etat que son pays avait atteint un « point de non-retour » en ce qui concerne l’enrichissement.
Interrogé sur la proposition d’un moratoire de cinq ans sur les programmes d’enrichissement, M. Nasseri a répondu qu’elle constituait « la plus grosse bourde politique (de Mohamed) Elbaradei au cours de son mandat » à la tête de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA).
« Cette proposition ne mènera nulle part. L’Iran a atteint ce point (de non-retour) au cours de l’année et demie écoulée, malgré les obstacles. Elle ne s’applique donc pas à nous », a-t-il dit.
Le directeur général de l’AIEA, agence onusienne veillant à la non-prolifération, a proposé en janvier un gel international des programmes d’enrichissement.
L’enrichissement, qui, selon son degré, peut fournir le combustible à des centrales électriques civiles ou à des bombes, représente une préoccupation majeure de la communauté internationale face aux activités nucléaires iraniennes.
Les trois grands Européens (Allemagne, France, Grande-Bretagne) ont obtenu en novembre que la République islamique suspende toutes ses activités d’enrichissement. Ils lui ont promis une coopération nucléaire, technologique et commerciale contre des « garanties objectives » que ses activités nucléaires resteraient purement civiles.
Des discussions en vue d’un accord, engagées en décembre, doivent se poursuivre cette semaine à Genève, selon des sources diplomatiques.
« Les négociations de cette semaine avec les Européens sont les plus importantes du cycle de négociations », a déclaré le chef de l’Organisation de l’énergie atomique Gholamreza Aghazadeh, cité par la télévision.
« Ces négociations approchent de leur terme de trois mois », où les deux parties étaient convenues d’évaluer l’état des travaux, « et les Européens doivent nous dire plus clairement cette semaine quelles sont leurs intentions », a-t-il ajouté.
« Je ne suis pas satisfait de l’avancement du travail », a déclaré l’un des principaux dirigeants, Akbar Hachémi Rafsandjani, dans un entretien publié par le quotidien américain USA Today, « mais je suis heureux que les discussions se poursuivent ».
Pierre d’achoppement, les Européens entendent obtenir des Iraniens un renoncement durable à l’enrichissement, garantie probante que la technologie civile n’est pas détournée à des fins militaires.
Les Iraniens assurent que leur programme est purement civil et affirment ne consentir qu’à une suspension, le temps de trouver un accord avec les Européens, et pas plus de quelques mois.
« Nous ne permettrons pas que la négociation se poursuive longtemps », a déclaré devant la presse le porte-parole du gouvernement, Abdollah Ramezanzadeh. « La question consiste à négocier avec les Européens un calendrier de reprise des activités nucléaires à des fins pacifiques », a-t-il dit.
Un autre responsable nucléaire, Mohammad Saeedi, a même déclaré que « l’objectif est le développement de cette technologie » et que l’Iran entend devenir producteur mais aussi exportateur de combustible nucléaire.
Pour les Etats-Unis, sans lesquels les chances d’un accord entre Européens et Iraniens semblent considérablement compromises, il ne fait guère de doute que l’Iran veut l’arme atomique.
Le chef de la diplomatie américaine, Condoleezza Rice, a redit dimanche que « l’Iran est clairement un problème pour le système international ».
Le vice-président américain Dick Cheney a dit à son tour que Washington soutenait les efforts diplomatiques européens, mais n’avait « éliminé aucune alternative pour le moment ».
Le président George W. Bush a lui-même refusé d’exclure une action militaire si ces efforts échouaient.

7,062FansJ'aime
1,179SuiveursSuivre
0AbonnésS'abonner

Dernières nouvelles

Ce que les empoisonnements au gaz en Iran nous disent sur le régime au pouvoir

Depuis des mois, des écoles en Iran sont dans le collimateur d'attaques au gaz contre les enfants du pays....

Le régime iranien se dirige vers l’obtention d’armes nucléaires

Le régime iranien est une fois de plus au centre d'une dangereuse escalade de la prolifération d’armes nucléaires. Un...

Le Congrès américain soutien la quête du peuple iranien pour une République démocratique et laïque

Plusieurs membres bipartites de la Chambre des représentants des États-Unis ont présenté une résolution (H. RES. 100) soutenant le...

Une vague d’attaques par empoisonnement contre des écoles laisse des centaines de personnes malades

L'Iran est secoué depuis trois mois par des empoisonnements en série contre des écoles réservées aux filles, qui ont...

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite l'inquiétude du régime iranien. La veille du dernier mercredi de...

Conférence de la Journée internationale de la femme en soutien à la lutte des femmes en Iran

Le 4 mars, une conférence a eu lieu en l'honneur de la journée internationale de la femme. Conférence intitulée...

Doit lire

Iran – La fête du feu, veille du dernier mercredi de l’année, cauchemar pour la dictature

Tcharshanbé Soury est une ancienne tradition iranienne qui suscite...

Les démocrates devraient entendre la voix des Iraniens, pas celle des dictateurs

Le soulèvement national iranien se poursuit malgré ses hauts...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous