NewsResistanceIran : les pertes dues à la fermeture d'Internet...

Iran : les pertes dues à la fermeture d’Internet dépassent les revenus pétroliers annuels

-

Dans un rapport accablant du 4 octobre, le site semi-officiel Tejarat News a révélé que le désavantage de 11 jours de coupure d’Internet en Iran équivaut à l’ensemble des revenus pétroliers du pays en 2021. Dans le même temps, les autorités ont affirmé que les sanctions américaines sont la principale raison de la situation économique désastreuse du pays.

Le site Web écrivait : « À la mi-septembre, Internet a été coupé en Iran. Netblocks, l’observatoire mondial d’Internet, a déclaré que chaque heure de coupure d’Internet en Iran coûte 1,5 million de dollars en désavantage financier, 450 milliards de rials, au pays, soit 10 000 milliards de rials par jour et 110 000 milliards de rials au cours des 11 derniers jours.

Pour mieux comprendre, il convient de noter que les revenus pétroliers totaux de l’Iran en 2021 étaient d’environ 100 000 milliards de rials. Par conséquent, une coupure Internet de 11 jours a été largement dépassée et a détruit les revenus pétroliers du pays en un an.

Tejarat News a ajouté : « De plus, la panne d’Internet a affecté les affaires de nombreuses personnes. Selon plusieurs rapports, au moins un million d’occupations ont été créées rien que sur Instagram.

Le secrétaire de l’Union des entreprises en ligne, Reza Olfat-Nasab, a fourni des statistiques surprenantes, affirmant que « les moyens de subsistance de dix millions de citoyens dépendent actuellement du cyberespace ».

Le 4 octobre, le quotidien Etemad a écrit : « Maintenant, la fermeture d’Internet a visé les affaires et les moyens de subsistance de ce groupe, et ils ne savent même pas qu’ils reprendraient ou non l’accès à Internet, le filtrage serait-il levé ou non ? »

Entreprises en ligne sous corruption systématique

En septembre 2021, Etemad a cité le Centre des statistiques de l’Iran disant : « Les affaires de 11 millions d’Iraniens dépendent du réseau social ; 83% des entreprises en ligne sont sur Instagram. »

En effet, les métiers en ligne sont le résultat d’une économie malade. Contrairement à d’autres pays développés, l’Iran souffre beaucoup d’un manque d’infrastructures industrielles. Les politiques de mauvaise gestion et de profit du gouvernement ont éliminé toute chance de croissance agricole, agro-industrielle et industrielle.

Iran : les pertes dues à la fermeture d'Internet dépassent les revenus pétroliers annuelsÀ cet égard, les entreprises en ligne sont très fragiles en Iran, et les mesures oppressives du gouvernement, dans le but de contrer les griefs publics, menacent les moyens de subsistance de millions de familles. Remarquablement, le parlement a eu de longs débats sur la censure des médias sociaux en septembre 2021, qui se sont avérés vains, craignant une réaction du public.

Le 9 décembre 2013, le premier commandant en chef des Gardiens de la révolution, Javad Mansouri, a refusé les vantardises de l’ancien président Hassan Rohani sur la négociation avec l’Occident et l’amélioration de la situation financière, déclarant : « Les conditions de notre pays ne s’amélioreront pas et nos problèmes ne seront pas résolus. »

Mentionnant que même l’accord nucléaire avec les puissances mondiales ne résoudrait pas les dilemmes du gouvernement, Mansouri a déclaré : « Le cœur de nos difficultés [économiques] est interne. Si le ciel de l’Iran pleuvait de l’or, mais que nous ne bénéficions pas de la méritocratie et de l’État de droit… notre situation ne changera pas. »

Notamment, des hauts responsables iraniens, dont le guide suprême Khamenei, le président Raïssi, le président du Parlement Qalibaf et le ministre des Affaires étrangères Amir-Abdollahian, entre autres, accusent sans cesse les États-Unis et leurs alliés de sanctions « injustes ». Ils affirment que les restrictions mettent en danger la vie des patients iraniens, tandis que l’ancien porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Abbas Mousavi, a déjà rejeté les allégations de sanctions sur les médicaments et la nourriture.

Néanmoins, les autorités iraniennes ont délibérément ignoré le fait que la fermeture d’Internet a considérablement nui à l’économie du pays. Leur réponse sanglante aux manifestants pacifiques, et coupant l’Iran du monde extérieur, a une fois de plus prouvé que l’État théocratique au pouvoir en Iran ne se soucie pas du peuple, de ses moyens de subsistance, des entreprises, des intérêts nationaux ou de l’économie.

Le comportement des mollahs devrait alerter les États-Unis et les autres signataires du Plan d’action global conjoint (JCPOA) sur le fait que la levée des sanctions ou des incitations économiques n’est pas la priorité de Téhéran. Le principal État parrain du terrorisme au monde prolonge les négociations nucléaires pour acquérir au moins une arme nucléaire, atteignant un point non soutenu.

De plus, alors que l’ancien président Hassan Rohani et ses alliés se vantaient du JCPOA, l’accord nucléaire et ses privilèges n’ont pas profité au peuple iranien. Au lieu de cela, le gouvernement a siphonné des milliards de dollars dans les poches de groupes mandataires tels que le Hezbollah libanais.

Les mollahs voient purement la négociation comme une garantie et une couverture politique pour leurs activités illicites, qui ne se limitent pas à leurs programmes de fabrication de bombes nucléaires. Ces activités comprennent le bellicisme, les ambitions régionales, le terrorisme, les projets de missiles balistiques et, plus important encore, l’assurance de leur dictature brutale à l’intérieur du pays.

En un mot, la communauté internationale devrait se tenir aux côtés du peuple iranien qui refuse entièrement la politique de la théocratie. Un Iran sans mollahs autoritaires serait un allié fiable pour le monde civilisé, qui conduirait les pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord vers la stabilité et la paix, plutôt que de les laisser faire face à des conflits sans fin, des effusions de sang, l’insécurité et le terrorisme.

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous