OpinionPresse internationaleL'ONU doit juger les assassins de 1988 en Iran

L’ONU doit juger les assassins de 1988 en Iran

-

The Guardian: par Geoffrey Robertson – Ce week-end marque le premier anniversaire de la mort de la démocratie en Iran – l’élection truquée que le guide suprême l’ayatollah Ali Khamenei a déclarée perdue par le candidat réformateur Mir Hossein Moussavi. Par la suite, les manifestants ont été abattus dans la rue et emmenés sous la torture à la prison d’Evine de Téhéran ; plusieurs ont été pendus comme Mohareb – ennemis de Dieu. Cette intolérance de la dissidence n’est pas une surprise : c’est le même régime qui s’en est sorti avec l’assassinat de milliers de prisonniers politiques – et qui n’a jamais été appelé à en rendre compte.

C’est arrivé pendant l’été 1988, quand la guerre avec l’Irak a pris fin en une trêve amère. Les prisons iraniennes étaient pleines d’étudiants condamnés pour avoir protesté contre l’ayatollah Khomeiny au début des années 1980 – marxistes et gauchistes de toutes sortes et partisans de l’organisation des Moudjahidine du peuple. Ils ont été sélectionnés par le personnel pénitentiaire en groupes de ceux qui sont restés «sans faille» dans leurs convictions politiques et ceux qui les ont reniées. Le régime a décidé qu’ils devaient être éliminés afin de ne pas troubler le gouvernement d’après-guerre, et Khomeiny a promulgué une fatwa secrète autorisant leur exécution.

Les gardiens de la révolution sont descendus dans les prisons et un « comité de la mort » (un juge islamique, un procureur de la révolution et un responsable du ministère du Renseignement) a mis une minute ou deux pour identifier chaque prisonnier, les déclarer mohareb et les diriger vers la potence érigée dans l’Auditorium de la prison, où ils ont été pendus six à la fois. Plus tard, leurs corps ont été aspergés de désinfectant et transportés dans des camions de viande vers des charniers. Leurs effets ont été renvoyés dans des sacs en plastique à leurs familles trois mois plus tard, mais le régime refuse toujours de révéler l’emplacement des tombes et continue à interdire aux familles de se rassembler sur un site identifié dans un cimetière de Téhéran.

Les comparaisons entre les atrocités sont odieuses, mais il s’agit de presque autant de morts qu’à Srebrenica et d’une tuerie de sang-froid par l’Etat de prisonniers après la fin de la guerre. On peut faire une comparaison avec les marches de la mort des prisonniers alliés à la fin de la seconde guerre mondiale – les généraux japonais responsables ont été condamnés à mort aux procès de Tokyo. Alors, qui était responsable de la boucherie dans les prisons iraniennes ?

L’ayatollah Khomeiny est mort. Mais les trois figures de proue de son régime sont encore tout à fait vivantes, et disponibles pour être jugées devant un tribunal international. Le président d’alors, Ali Khamenei, est maintenant le guide suprême iranien – l’homme qui a avalisé les élections truquées de l’an dernier. Rafsandjani, qui reste un acteur politique puissant, était alors le commandant des Gardiens de la Révolution, qui ont reçu l’ordre de procéder à la tuerie. Ensuite, il y a l’homme qui en 1988 était le Premier ministre de l’Iran – Mir Hussein Moussavi, chef de file aujourd’hui du mouvement réformateur.
 
Moussavi a été contestée lors de réunions électorales l’année dernière par des cris de « 1988 » mais il a refusé de raconter ce qu’il savait du massacre. Dans le cadre d’une enquête menée pour la Fondation Abdorrahman Boroumand aux Etats-Unis, je suis tombé sur une interview qu’il avait accordée à la télévision autrichienne en décembre 1988. En réponse aux allégations d’Amnesty International, il a dit malhonnêtement que les prisonniers préparaient une insurrection : « Nous avons dû écraser la conspiration – à cet égard nous n’avons pas fait de pitié. » Il a fait appel à des intellectuels occidentaux pour soutenir le droit des gouvernements révolutionnaires à prendre des « mesures fermes » contre les ennemis. Il est ironique de constater que le régime qu’il défendait avec une telle hypocrisie écrase désormais sans pitié ses propres partisans.

Mais c’est ce qui arrive lorsque les dirigeants politiques et militaires se voient octroyer l’impunité. L’ONU ne s’est pas offusquée de l’utilisation de gaz toxique par Saddam Hussein à Halabja au début de cette année-là, et a fait la sourde oreille aux rapports d’Amnesty sur les massacres de prisonniers (les diplomates iraniens prétendaient que les morts étaient tombés pendant la bataille). Mais il n’y a pas de prescription sur la poursuite des crimes contre l’humanité, et l’assassinat de masse de prisonniers déjà condamnés pour des manifestations politiques doit compter comme l’un des crimes impunis les plus graves. Le fait qu’ils aient été tués ostensiblement parce qu’ils ne croyaient pas en Dieu –  le Dieu de la révolution de l’ayatollah – fait de leur massacre une forme de génocide : la destruction d’un groupe en raison de son attitude envers la religion.
 
La plupart des juges et des fonctionnaires qui ont exécuté la fatwa sont encore à de hautes fonctions à Téhéran – en vertu d’un chef suprême qui, lorsqu’on l’a interrogé sur le massacre des prisonniers a répondu : « Pensez-vous que nous devrions leur donner des bonbons ? » Il est encore temps pour le Conseil de sécurité de l’ONU de faire respecter le droit international en mettant en place un tribunal pour juger les auteurs des massacres dans les prisons. Cela peut être une meilleure façon de faire face à une théocratie dont le comportement en 1988 offre la meilleure source d’inquiétude pour son comportement futur avec des armes nucléaires.
7 juin 2010

7,062FansLike
1,156FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous