OpinionPresse internationaleIran: "Ce mouvement va continuer"

Iran: « Ce mouvement va continuer »

-

 
Métrofrance: Par Dorothée Bellamy – Les manifestations qui ont eu lieu lundi en Iran posent à nouveau la question d’une éventuelle contagion égyptienne. Mais l’effet domino peut-il se produire dans un pays où une répression implacable cherche à étouffer toute revendication? Quelles sont les spécificités de cette révolte iranienne, et quelles sont ses chances d’aboutir? Afchine Alavi, membre de la commission des affaires étrangères du CNRI (Conseil national de la résistance iranienne) a accepté de répondre à nos questions.

Comment analysez-vous le mouvement de révolte qui s’est déclenché lundi en Iran? Quel rôle ont joué les exemples tunisien et égyptien?

Ces manifestations sont le signe d’un nouveau départ vers un changement démocratique en Iran. Bien entendu, les mouvements en Tunisie et en Egypte ont eu une influence sur la jeunesse iranienne, qui avait déjà lancé en 2009 un mouvement revendicateur, réprimé dans le sang. Le slogan principal était d’ailleurs « Moubarak, Ben Ali, c’est au tour de Seyed Ali ! ». Mais il y a deux différences qu’il faut signaler. Sur la place Tahrir, les Egyptiens réclamaient le départ de Moubarak: ils sont allés jusqu’au bout. Ce que revendiquent aujourd’hui les Iraniens dans la rue, c’est le renversement du régime. Les manifestants ont brûlé lundi les photos du Guide Suprême Khamenei, ils ont réclamé une République iranienne et non islamique. Ils veulent mettre à mort le principe du Guide Suprême, qui constitue le pilier de tout le système. Les Iraniens ne veulent pas le changement d’un personnage, mais la fin d’un système. La seconde différence réside dans la forme de la répression, particulièrement féroce en Iran. Dès les premières manifestations, le pouvoir a fait tirer sur la foule, des milliers de personnes ont été arrêtées depuis lundi. Si le régime tient, c’est uniquement en raison de ce degré de répression.

Peut-on s’attendre à une évolution aussi rapide qu’en Egypte et en Tunisie?

Je ne crois pas, car les revendications sont plus profondes, et la répression plus importante. Et le régime n’a pas seulement l’expérience de la répression, mais aussi de la démagogie, au point d’organiser aujourd’hui même à Téhéran des funérailles pour une personne qui a été tuée sous ses coups. Le gouvernement affirme que ce jeune, tué par balle lundi, était un partisan du régime, alors que tout le monde sait que c’est faux. Je pense donc que le peuple iranien aura malheureusement un prix plus lourd à payer.

Mais les revendications sont si fortes que tout reste possible: il ne faut pas oublier que la population a commencé à manifester dès 2009, et qu’elle n’elle n’a pas hésité à redescendre aujourd’hui dans la rue, malgré les mises en garde du gouvernement. Les jours de ce régime sont comptés, le régime n’a aucune chance d’échapper à son destin. C’est le facteur étranger qui va jouer un rôle décisif, la réaction de la communauté internationale. Le régime est resté jusque là impuni: c’est celui qui exécute le plus dans le monde par rapport à sa population, mais aucun gouvernement n’a conditionné ses relations avec le régime à l’arrêt de ces crimes. Et en 2009, l’Occident, particulièrement les EU, n’ont pas soutenu les manifestants.

A cet égard, les choses ont changé: Hillary Clinton a salué lundi le « courage » des manifestants iraniens. Pourquoi les Etats-Unis ont-ils aujourd’hui choisi de les soutenir ouvertement?

Je pense qu’ils ont compris que le régime n’allait pas durer, mais ils doivent être plus clairs, ne pas se contenter de paroles et nous apporter un soutien effectif, concret. Les Etats-Unis continuent par exemple à considérer les Moudjahidines du Peuple comme une organisation terroriste, contrairement à l’Europe, et ils savent que ces accusations sont fausses. Les Etats-Unis doivent abandonner la situation de complaisance qui a prévalu pendant des dizaines d’années envers le régime des mollahs: une situation qui arrangeait les milieux d’affaires et qui devait servir les intérêts américains dans les négociations sur le nucléaire. En plaçant les Moudjahidines sur la liste des terroristes, les Etats-Unis espéraient faire reculer l’Iran sur le nucléaire. Aujourd’hui, cette position n’est plus tenable.

Estimez-vous que l’ancien Premier ministre Mir Hossein Moussavi et l’ex-Président du Parlement Mehdi Karoubi soient des leaders crédibles pour les opposants?

Ces leaders sont décalés par rapport aux revendications. Ils sont issus de l’intérieur du régime lui-même, ils ne remettent pas en cause son principe, et la jeunesse ne les écoute plus. Mais elle profite de la division au sein même du régime pour le changer dans sa totalité. Moussavi et Karoubi se sont mis en marge de ce mouvement. Les députés ont toutefois réclamé la mort de ces opposants: mais le régime est si faible et si apeuré qu’il ne peut même pas les tolérer des personnages qui ne le remettent pas fondamentalement en cause.

En tant que membre du CNRI, vous participez vous-même activement à ce mouvement d’opposition. Quelles sont vos relations avec les manifestants iraniens? D’autres actions sont-elles prévues?

Bien entendu, ce mouvement va continuer, des dates et des rendez-vous vont être fixés. Et nous restons en contact avec les jeunes Iraniens qui ont développé des réseaux très puissants et sont actifs depuis le 29 janvier, date à laquelle a été lancé l’appel pour intensifier la contestation en Iran. Ils peuvent contourner la censure qui règne en Iran grâce à Internet et aux chaînes satellitaires, et sont soutenus par les Moudjahidines du peuple, qui constituent à l’heure actuelle la formation d’opposition la mieux organisée en Iran. Or, ce cadre est indispensable: dans les conditions actuelles de la répression, aucune action ne peut être menée sans organisation.

http://www.metrofrance.com/info/iran-ce-mouvement-va-continuer/mkbp!NFojNZm6dqWgQ/

 

7,062FansLike
1,159FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous