UncategorizedQui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

-

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au juge Salvati, connu comme « juge de la mort ». Par la suite, il a été annoncé qu’il avait jugé certains de ces détenus sous l’inculpation de « moharebeh » (en guerre contre Dieu), ce qui pourrait conduire à leur condamnation à mort.

Comme l’actuel président du régime Ebrahim Raïssi, tristement célèbre pour ses jugements en tant que procureur dans le massacre de 1988 au cours duquel le régime a tué plus de 30 000 prisonniers politiques, Salavati est l’une des principales figures du régime qui prononce régulièrement des condamnations à mort et, comme tous les responsables du régime, cet homme vit une vie lugubre, pleine de crimes et de meurtres.

Salvati a deux enfants et sa fille vit en dehors de l’Iran, et pour cette raison, il a fait de nombreux voyages à l’étranger en Angleterre et en France. Actuellement, il vit à Téhéran dans la rue Shariati.

Il est toujours accompagné de sept gardes du corps et est connu pour porter lui-même deux armes à feu. Salavati possède plusieurs terrains à Kermanshah et 2 maisons pour ses enfants dans cette ville.

D’après ce que l’on sait de Salavati, il a servi dans le Basij entre 1980 et 1988 pendant la guerre Iran-Irak où il a été blessé. En 1986, il intègre la police judiciaire de la province du Kurdistan avant de devenir procureur et juge dans la ville de Sanandaj en 1991, même s’il n’existe aucune preuve de sa formation, encore moins la preuve d’une licence en droit.

Salavati a d’abord été juge à Islamabad. Il est ensuite allé à Kermanshah et a vécu pendant un certain temps dans la maison confisquée du général Hossein Hamedan, avant d’être transféré à Hamedan après une promotion pour ses exécutions flagrantes à Islamabad.

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?
Sa femme est Parvin Shiri de Kermanshah qui est patiente dans un hôpital psychiatrique depuis 9 ans. À l’âge de 40 ans, elle a pris sa retraite de l’université où elle travaillait en raison d’une maladie mentale. La cause de la maladie de Parvin Shiri a été attribuée au stress psychologique dû à l’annonce des exécutions par son mari.

Une partie des verdicts rendus par Salavati :

Ruhollah Zam a été condamné à mort avec 17 chefs d’accusation.
Dans le cas des écologistes, les accusés n’ont pas été autorisés à désigner un avocat.
Narges Mohammadi a été condamnée à dix ans de prison en 2014. Elle a été libérée après environ huit ans.

Mohsen Amir Aslani a été condamné par Salavati et exécuté le 24 septembre 2014 à la prison Rajaei Shahr de Karaj pour différentes interprétations du Coran.

Zahra Bahrami, une citoyenne irano-néerlandaise qui a été arrêtée lors des manifestations d’Achoura en 2008, était citoyenne des Pays-Bas. La condamnation à mort pour le crime de participation à des manifestations a eu des conséquences politiques. Salavati l’a donc accusée de trafic de drogue et l’a exécutée le 22 janvier 2011.

Salavati a jugé et prononcé une peine de dix ans de prison contre Omid Kokabi en mai 2013 pour coopération avec un pays hostile. Kokabi était un étudiant d’élite en physique atomique en Amérique et s’est classé 29e à l’examen d’entrée national de l’Iran.

Cependant, il a été signalé que la principale raison de son verdict était que Kokabi n’avait pas accepté de coopérer avec les universités militaires du régime.

Les condamnations à mort et les peines d’emprisonnement prononcées par Salavati en 2008 sont les suivantes :

Mohammadreza Alizamani (exécution)
Arash Rahmanipour (exécution)
Abdol Reza Ghanbari (exécution)
Amirreza Arefi, Majid Tavakoli (8 ans et demi de prison)
Rasool Badaghi (6 ans de prison),
Qasim Sholeh Saadi (3 ans de prison)

7,062FansLike
1,157FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Dix pour cent de la nation iranienne est prête à se sacrifier pour la liberté

Selon les estimations du principal groupe d'opposition au régime iranien, l'Organisation des Moudjahidine du peuple d'Iran (OMPI/MEK), plus de...

L’imposture de Khamenei au sujet du coup d’État de 1953 et la révolution de 2022

Le 2 novembre, le guide suprême du régime iranien, Ali Khamenei, a de nouveau attribué la révolution en cours...

Le régime iranien est assis au sommet d’un volcan en éruption

Les manifestations actuelles en Iran sont le volcan dont la Résistance iranienne parle depuis de nombreuses années. Ils ont...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous