IranDroits de l'hommeL'Iran à l'occasion de la Journée internationale des droits...

L’Iran à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’homme

-

En 1948, l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO) a nommé le 10 décembre Journée des droits de l’homme. De plus, il y a 72 ans, l’Assemblée générale des Nations Unies (AGNU) a adopté la Déclaration universelle des droits de l’homme comme pierre angulaire de la construction d’un nouveau monde, où les dirigeants respectent les droits des personnes sans tenir compte de leur race, de leur couleur, de leurs croyances et d’autres différences.

Cependant, dans notre monde, quelques États autoritaires continuent de violer les droits fondamentaux de leurs citoyens malgré la volonté de la communauté internationale. La République islamique au pouvoir, l’Iran, fait partie de ces gouvernements autocratiques, alors qu’elle a répondu à l’appel de tout un peuple pour ses droits inhérents, par la violence.

Par exemple, les ayatollahs ont utilisé la force meurtrière pour réprimer des centaines de milliers de personnes qui étaient descendues dans la rue pour protester contre la hausse des prix de l’essence en novembre 2019. À la suite de la répression brutale, plus de 1 500 citoyens ont été tués, et au moins 12 000 autres ont été détenus. Le sort de nombreux détenus n’est toujours pas clair.

Dans son rapport du 2 septembre, Amnesty International a révélé une partie des tortures et autres mauvais traitements infligés aux détenus de novembre. « Torture généralisée, y compris les coups, les flagellations, les chocs électriques, les positions de stress, les simulations d’exécutions, le waterboarding, la violence sexuelle, l’administration forcée de substances chimiques et la privation de soins médicaux. Des centaines de personnes soumises à des procès manifestement inéquitables pour des accusations de sécurité nationale sans fondement. Des condamnations à mort ont été prononcées sur la base d’aveux entachés de torture », a écrit Amnesty.

Cependant, la répression ne s’est pas arrêtée au mois de novembre sanglant 2019, malgré les condamnations internationales et les appels à une enquête impartiale.

Le 18 octobre, lors de la 75e session de la Troisième Commission de l’AGNU, qui se concentre sur les questions sociales et des droits de l’homme, le Rapporteur spécial de l’ONU sur la situation des droits de l’homme en Iran, Javid Rehman, a déclaré qu’il est clai que les autorités iraniennes tentent de «faire taire la dissidence publique sur la situation sociale, économique et politique». À cet égard, l’AGNU a publié sa 67e résolution de condamnation contre le gouvernement iranien pour les violations continues et systématiques des droits de l’homme.

Néanmoins, la condamnation n’a pas mis fin aux crimes des autorités iraniennes contre le peuple. Suite à la session de l’AGNU, le gouvernement a intensifié la répression et la suffocation dans la société. Les responsables iraniens, y compris le guide suprême Ali Khamenei, émettent fréquemment des mises en garde contre le plan des ennemis visant à perturber la sécurité du pays.

Pratiquement, Khamenei et d’autres autorités ouvrent la voie à des mesures plus oppressives sous prétexte de «  sécurité  ». À la suite des remarques du guide suprême, les Forces de sécurité de l’État (SSF), le Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) et les forces paramilitaires du Bassidj affiliés au CGRI a lancé une nouvelle vague de répression contre les citoyens ordinaires. En fait, le gouvernement a tenté d’étouffer toute manifestation dans l’œuf à l’occasion de l’anniversaire des manifestations nationales de novembre.

Ils ont multiplié les patrouilles oppressives dans les villes et les villages, arrêté des citoyens pour fausses allégations et même abattu plusieurs jeunes à la lumière du jour. Le commandant en chef du CGRI, Hossein Salami, a également promis de lancer des recherches de domicile à domicile. Il a ridiculement affirmé que ses forces avaient l’intention de «contrer le nouveau coronavirus» et d’attaquer et de détruire les «refuges du virus».

En outre, l’État religieux, en particulier le pouvoir judiciaire, a accru la pression contre les détenus. Du 10 décembre 2019 à 2020, le gouvernement iranien a totalement exécuté 255 prisonniers dans différentes prisons à travers le pays, selon des groupes de défense des droits humains. Au cours de cette période, les autorités ont exécuté au moins quatre détenus mineurs, huit femmes et huit prisonniers politiques.

Le gouvernement iranien a également tué arbitrairement plusieurs citoyens dans des provinces pauvres telles que le Sistan et le Baloutchestan, l’Azarbaïdjan occidental et le Kurdistan. Les gardes-frontières ont violemment ciblé les porteurs (Kolbars) et en ont tué au moins 74 sous prétexte de lutter contre le trafic. Il y a des mineurs parmi les victimes.

La poursuite des violations des droits de l’homme en Iran montre clairement que les ayatollahs ne respectent pas les droits fondamentaux de leur propre peuple ni ne reconnaissent les normes internationales. Le système au pouvoir actuel a apparemment déclaré sa volonté de préserver le pouvoir à tout prix. À cet égard, les citoyens scandent constamment le slogan: «Ils mentent que les États-Unis sont notre ennemi, notre ennemi est ici», «mort à Khamenei», «mort à Rohani» et «CGRI, honte à vous, dégagez de de notre pays ».

7,062FansLike
1,167FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

Sanctions, une réponse incontournable aux violations des droits de l’homme par l’Iran et aux violations du JCPOA

Les manifestations en Iran durent depuis plus de deux mois, mi-septembre, une jeune femme kurde est décédée après avoir...

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à l'échelle nationale depuis la mi-septembre. Les autorités agissent contre les...

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Doit lire

Désintégration croissante parmi les forces du régime iranien

L'Iran est secoué par une vague de manifestations à...

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous