IranIran (actualité)L'ombre de l'Iran derrière les plans de paix de...

L’ombre de l’Iran derrière les plans de paix de Bush au Proche-Orient

-

AFP, Washington, 29 novembre – La paix au Proche-Orient n’est pas une mince affaire, mais le président américain George W. Bush, à l’initiative de la conférence de paix d’Annapolis, semble avoir également en tête un plan visant à contenir l’Iran grâce à un cordon de pays arabes sunnites.

La conversion de M. Bush au rôle de médiateur dans le conflit israélo-palestinien est tardive: il avait gardé ses distances avec ce conflit depuis son entrée en fonction en 2001, se concentrant sur la guerre en Irak et se méfiant des intentions palestiniennes.

Mais l’administration Bush « a reconnu ce que beaucoup d’entre nous disions depuis longtemps: le principal dossier du Moyen-Orient, c’est le conflit israélo-palestinien », souligne Edward Djerejian, ancien ambassadeur en Israël sous l’administration Clinton, qui dirige l’Institut de politique publique James A. Baker III à l’université Rice (Texas, sud).

L’ombre de l’Iran, pays à majorité chiite, a plané sur la conférence internationale d’Annapolis mardi, son président Mahmoud Ahmadinejad fustigeant la présence massive des Etats arabes, invités par le président Bush.

Mais ni l’Irak ni le Koweït n’étaient présents. Les Saoudiens y ont participé, de même que les Syriens, pourtant les principaux alliés de l’Iran dans son opposition aux Etats-Unis et accusés comme lui de soutenir les attaques menées contre Israël par des islamistes radicaux comme le Hamas, qui a pris le contrôle de la bande de Gaza en juin.

La crainte de voir l’Iran devenir un Etat nucléaire accapare les esprits, aussi bien à Washington qu’au Proche-Orient, selon de nombreux analystes, qui expliquent le nouvel élan en faveur de la création d’un Etat palestinien par la crainte qu’inspire la république islamique.

Selon un autre ambassadeur en Israël de l’ère Clinton, Martin Indyk, « la volonté d’hégémonie de l’Iran (…) a donné aux Etats-Unis l’occasion de btir une alliance israélo-arabe dirigée contre l’Iran ».

La conversion du président Bush est « une avancée tactique dans un but stratégique (…): contrer la menace iranienne en Irak et dans la région », a expliqué M. Indyk devant l’institut de recherche Brookings Institution.

M. Bush lui-même a placé mardi les négociations israélo-palestiniennes dans un contexte plus large. Il a mis en avant la bonne volonté des deux parties et le soutien mondial à de nouvelles négociations, et a averti qu’il ne fallait pas « laisser la victoire aux extrémistes ».

Il a également cité le droit des Libanais à des élections libres, dans une allusion claire à l’ingérence syrienne, alors que le vice-ministre des Affaires étrangères syrien se trouvait dans la salle.
Pour M. Bush, la réunion d’Annapolis a été surtout « une réception permettant de mettre en lumière la nouvelle coalition des pays (arabes) et des Etats-Unis, qui veulent contenir l’Iran et ses alliés révisionnistes », selon elle.

Richard Haass, ancien conseiller de Colin Powell lorsqu’il était secrétaire d’Etat, a relevé l’intérêt qu’a montré M. Bush pour rallier à sa cause des puissances arabes comme l’Egypte et l’Arabie Saoudite.
« Je serais enclin à penser que c’était en partie pour profiter (de) – et pour renforcer – l’orientation anti-iranienne d’une partie du monde arabe sunnite, et aussi (…) pour changer la perception de la politique étrangère de son administration dans la région », a-t-il analysé.

7,062FansLike
1,165FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

Dernières nouvelles

De sombres nouvelles pour de Téhéran après l’approbation d’une mission pour l’Iran à l’ONU

Après de nombreuses discussions et débats, le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies a approuvé une mission...

La résistance populaire iranienne a changé la politique de complaisance

Peu de temps après que le nouveau gouvernement américain a commencé ses obligations en janvier 2021, main dans la...

Les crimes d’Ali Khamenei à Piranshahr et Javanrud en Iran

Au 67e jour de la révolution iranienne, le régime iranien a tenté de mettre un terme aux manifestations dans...

Iran : médecine chère, vie humaine bon marché

Un regard sur les armes que le régime iranien utilise contre son peuple pour réprimer les protestations sociales, révèle...

Qui est le juge meurtrier du régime iranien Abolqasem Salavati ?

La semaine dernière, le cas de plusieurs personnes arrêtées lors du soulèvement du peuple iranien a été renvoyé au...

Le régime iranien est incapable d’arrêter les protestations

Les gouvernements totalitaires, qu'il s'agisse d'une monarchie ou d'un régime clérical, et leurs partisans internationaux poursuivent le même objectif,...

Doit lire

Iran : la sécurité, un pari dans lequel Khamenei a perdu

Dans son dernier discours, le guide suprême du régime...

Fissures mortelles et indiscernables dans le système iranien

La présence prévue du Guide suprême du régime iranien...

vous pourriez aussi aimer EN RELATION
Recommandé pour vous